Archives de catégorie : Rapports sociaux

Gaétan, un lycéen au cœur des gilets jaunes

Je suis gilet jaune depuis novembre 2017, j’avais découvert ce mouvement grâce à un internaute qui se filmait en nous demandant de placer le gilet jaune sur le tableau de bord de la voiture. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de rejoindre le mouvement. Ce sont les arguments d’Emmanuel Macron qui nous mettent en colère, c’est pour cela que je manifeste tous les samedis.

A Tours, quartier Rochepinard à côté de l’Ikea, le 17 novembre, premier samedi du mouvement, nous étions en train de manifester pacifiquement sur la route, quand tout à coup les policiers sont arrivés avec les fourgons et nous ont sommé de regagner le trottoir en nous poussant brutalement.

Actuellement, je soutiens les personnes qui ont été victimes de tirs de LBD 40 visés aux yeux, et de grenades lacrymogènes

Continuer la lecture de Gaétan, un lycéen au cœur des gilets jaunes

Interview du collectif Désarmons-les : « la violence policière est systémique et ne dépend pas des policiers uniquement »

PPL Actus : Qu’apporte le collectif « Désarmons-les » ? Pourquoi a-t-il été créé ?

Le collectif « Désarmons-les » a été fondé en 2012, d’abord pour informer sur les armes utilisées par les forces de l’ordre dans le cadre du maintien de l’ordre, avant d’assister dans leurs combats et épreuves les proches de personnes assassinées par la police en 2013, puis les blessé-es et mutilé-es à partir de 2014.

Où se situe ce collectif ?

Le collectif n’a pas de localisation géographique, ses membres sont dans plusieurs villes. Pour se protéger, il a fait le choix de ne pas s’installer dans un lieu en particulier.

Qui sont les personnes qui ont eu l’idée du collectif « Désarmons-les » ?

Les personnes qui ont eu l’idée du collectif et qui l’ont fondé étaient militants radicaux de longue date (début des années 2000), notamment au sein de collectifs et réseaux opposés aux frontières et à l’enfermement des étrangers, mais aussi de luttes anticapitalistes et écologistes.

Continuer la lecture de Interview du collectif Désarmons-les : « la violence policière est systémique et ne dépend pas des policiers uniquement »

« Un plan d’urgence devrait être mis en place pour revaloriser la formation professionnelle »

Après être passé par la filière Gestion administration au lycée Paul Painlevé, Mohamed est actuellement étudiant en sciences à l’Université Paris-Sud. Il revient pour PPL Actus sur son parcours et la voie professionnelle. Interview lucide et sans complaisance.

PPL Actus : Que retenez-vous de votre passage au lycée Paul Painlevé ?

Mohamed : Difficile à dire. Il y a vraiment de tout. Au niveau positif, les profs et les surveillants sont vraiment bienveillants mais réalistes.

Quelle est votre situation actuelle ?

Je suis étudiant en sciences à l’université Paris Saclay (ex Paris-Sud).

Que vous a apporté votre filière gestion administration ?

A part ranger mes fiches, la GA ne m’a pas terriblement servie. Mais c’est plus lié à mon choix de formation.

Continuer la lecture de « Un plan d’urgence devrait être mis en place pour revaloriser la formation professionnelle »

Gilets jaunes : enfants gâtés de France ou combattants pour un autre monde ?

Ça va bientôt faire un mois que les gilets jaunes manifestent. Un mois que cette crise d’enfant gâté dure. Ça fait mal de voir comment cette manifestation est médiatisée. Au Maroc, un jeune garçon de 12 ans travaille comme un esclave toute la journée et gagne que 5 euros pour nourrir sa famille sachant qu’en France le smic horaire net est de 7.61 euros. Dans certains pays étrangers les hôpitaux ne te font pas de cadeaux, si tu n’as pas l’argent, c’est tes cendres qui s’éparpilleront dans le vent.

Cependant certains manifestants se battent pour une cause sincère. Grâce à eux des changements ont eu lieu. Si personne ne se bat pour des causes qui lui sont chères, comment le monde évoluera-t-il ? Pour changer le monde dans lequel on vit, il faut se battre et ne pas lâcher les causes auxquelles on tient. Si tu n’es pas sûr du combat que tu mènes, comment veux-tu que les autres y croient !

James Wilner – Terminale alternance commerce

Article paru dans PPL Actus numéro 7, décembre 2018.

Photo Wikimedia Commons : 12 janvier 2019, face à la Mairie de Marseille. Adama Traoré, Amine Bentounsi, Ali Ziri, Wissam El Yamni ont trouvé la mort suite à des violences policières, tout comme Zineb Redouane, octogénaire marseillaise, décédée après un tir de grenade lacrymogène lors de la manifestation du 1er décembre 2018 à Marseille.

Soyez fières de vos cheveux afro !

Les cheveux afro sont certes volumineux et denses, mais ce sont les plus fins de tous. Lorsque nous sommes nés avec des cheveux afro (crépus, curly…), nous devons vivre avec. Certaines font des défrisages plus faciles à coiffer ou seulement parce qu’elles préfèrent quand leurs cheveux sont lisses.

Trop de remarques désobligeantes, de sobriquets. Le plus utilisé est « Tahiti Bob ».

Continuer la lecture de Soyez fières de vos cheveux afro !

Théâtre. Les hommes préfèrent-ils les cruches ?

Le mardi 04 Décembre 2018, les élèves du lycée Paul Painlevé à Courbevoie accueillaient pour la première fois au sein de leur établissement la troupe de théâtre “L’équipe du matin” pour une représentation exclusive de la pièce « Dérivée ». Une salle a été spécialement aménagée pour l’occasion.

C’est une pièce théâtrale qui avait pour thème l’orientation des élèves dans l’enseignement supérieur. La pièce mettait en scène la détresse silencieuse d’une jeune fille nommée Alice dans ses perspectives d’avenir. Alice est une élève en classe de Terminale S, introvertie, avec un caractère de “garçon manqué”. Elle est très proche de deux amis, l’un d’entre eux Bob qui la voit comme un ami mais pas comme une fille et l’autre Eve qui est tout son opposé. Au début de la pièce Alice est en difficulté scolaire et révise avec ses deux amis malgré son parcours modèle durant les années précédentes.

La pièce met en exergue le sexisme toujours omniprésent dans le secteur de l’industrie

Continuer la lecture de Théâtre. Les hommes préfèrent-ils les cruches ?

Tous auto-entrepreneurs, tous macronisés, tous ubérisés ? Mon boulot de livreur après les cours

Lycéen en première, je travaille pour Uber Eats depuis mai 2017 après les cours et le week-end. C’est une entreprise anglaise qui recrute des livreurs dans toute la France. Pour travailler chez eux, on doit d’abord créer un compte d’auto-entrepreneur. Normalement, il faut avoir l’âge légal, c’est-à-dire plus de 18 ans.

Mineur, mon frère majeur a donc ouvert un compte pour moi : 120 euros, mais la pochette pour le téléphone est gratuite !

Continuer la lecture de Tous auto-entrepreneurs, tous macronisés, tous ubérisés ? Mon boulot de livreur après les cours

De l’amour au parloir à la haine derrière les barreaux. Témoignage.

13 avril 2018. C’était un grand jour pour moi. J’ai vu Kaïs* pour la troisième fois. C’est dur, très dur ce monde de l’univers carcéral. Il m’a manqué, beaucoup manqué. Mais une fois arrivée là-bas, à la prison, je ne sais pas, c’est bizarre. Je ne me sens pas à ma place. Pourtant je l’aime ce type, mais pourquoi je tombe que sur ce genre de mec ? Moi qui étudie… Est-ce que c’est le quartier qui m’a fait devenir comme ça ? Mais pourquoi a-t-il fait ça ? C’est la question que je me pose depuis un moment. Ça me fait trop plaisir de voir qu’il sourit quand il me voit. On m’a toujours répété « Sab, ce mec-là, pourrait donner sa vie pour toi ». Je le vois 45 minutes. C’est court, mais c’est drôle. C’est triste, mais c’est bien.

Ma réaction, quand j’ai fait ma demande de parloir ? La peur en attendant la réponse, l’appréhension.  C’est dur, très dur… Une fois que j’ai eu la réponse, j’étais folle de joie, heureuse, heureuse de pouvoir enfin le revoir. La dernière fois qu’on s’était vus, c’était le 16 février 2018, le jour de sa perm. Une perm ? C’est une permission de sortir une journée ou une demi-journée dehors. Il m’a serré fort dans ses bras, tellement fort qu’à ce moment-là je ne voulais plus le lâcher.

On est prêt pour aller au tribunal. Silence radio en voiture. Personne ne parle, on était tous stressés. La boule au ventre.

Continuer la lecture de De l’amour au parloir à la haine derrière les barreaux. Témoignage.

La justice est-elle toujours juste ?

Je ne parlerai que pour mon avis personnel. Pour moi, la justice est plus dans l’injuste que dans le juste, je vais vous raconter mon histoire… Je n’avais que 12 ans quand je me suis faite agressée sexuellement… Ma mère m’a laissé aller toute seule chez ma tante car elle habitait à environ un kilomètre de chez moi. J’allais entrer dans le bâtiment quand un homme me dit d’attendre pour m’ouvrir la porte. J’ai répondu « non merci, je vais appeler ma tante pour qu’elle m’ouvre » et il est entré dans le bâtiment en direction de chez ma tante. Il a vu que j’étais une enfant pleine de naïveté, je l’ai suivi. Dans le bâtiment il n’y avait pas d’ascenseur et on a dû passer par les escaliers. D’un coup, il s’est arrêté et s’est retourné, il a essayé de me toucher les seins. J’ai été choquée et je me suis enfuie.

La police nous a dit que l’homme en question aurait juste un avertissement

Continuer la lecture de La justice est-elle toujours juste ?

Adopté, comment le vit-on ?

Pendant vingt ans, j’ai vécu différemment des autres personnes, j’ai été adoptée à l’âge de deux ans en Colombie. Je suis arrivée en France en février 1999. Ma vie a été tout autre que les enfants « normaux », on me posait toujours les mêmes questions : « pourquoi tes parents sont blancs et toi marron ? », « tu ressembles plus à qui ? », « tes parents sont grands ou petits ? ». Je ne savais pas quoi répondre et j’étais toujours obligé de mentir. Ce qui était le plus dur, c’était à l’adolescence quand tu ne sais même pas à qui tu ressembles. Toute ta vie tu te poses des questions, « à qui je ressemble ? », « pourquoi moi ? ». Le jour de mes 15 ans, j’ai pu prendre mon dossier et le lire. Cela n’a pas été une chose facile la première fois. Je l’ai à peine lu et je l’ai refermé direct. Mes parents qui ont toujours voulu avoir un enfant et moi qui les rejetais, je leur disais sans cesse « vous n’êtes pas mes parents », « envoyez-moi dans mon pays », « je vous aime pas ». L’adolescence a été très dure.

Pour la première fois cet été, je vais rencontrer ma famille en Colombie

Continuer la lecture de Adopté, comment le vit-on ?

Quand la langue française fait mal aux femmes…

« Fils de pute », « perdre sa virginité », « tomber enceinte »…

Autant de mots et d’expressions qui, mine de rien, égratignent un peu plus tous les jours, l’image de la femme. Des expressions ancrées dans le langage courant (comme « con » désignant un imbécile) alors que son premier sens est l’organe féminin. Dans cet article, je passerai au crible la langue française afin de prôner une langue française égalitaire. Quel est le but de cet article ?

Je vous propose de réfléchir aux mots que nous employons, à partir de là, les gens se comprendront mieux entre eux parce qu’il y a beaucoup de faux sens. On vit à une époque incroyable depuis « Balance ton porc », une époque où les femmes n’acceptent plus que des violences insupportables soient passées sous silence. Ça n’est plus possible d’entendre ces tournures, ces insultes, ces mots qui minimisent la violence.

Pour changer le monde, il faut nécessairement changer les mots…

Continuer la lecture de Quand la langue française fait mal aux femmes…

Neuf mois en foyer, neuf mois de souffrance

Tous les jours, des familles sont séparées à cause du manque de communication ou des problèmes parentaux que des enfants subissent au quotidien. Pour certains, ils sont malheureusement placés dans différents foyers et sont isolés du monde extérieur. Une élève nous a fait part de son vécu dans un foyer à Plessis Robinson.

« En 2015, j’ai été placée dans un foyer car mes parents ne s’entendaient pas. Il y avait un gros manque de communication et ils ont dû divorcer. Arrivée au foyer, les éducateurs m’ont présenté les lieux et la chambre où j’allais dormir, puis m’ont expliqué le fonctionnement et les règles du foyer. J’ai posé mes affaires et je me suis installée, ça a duré 9 mois ! 9 mois de souffrance ! 9 mois où chaque seconde je pensais à mes parents, à ma famille… On avait le droit de voir nos parents seulement une fois par mois et seulement une heure ! A ma sortie du foyer, je suis rentrée chez ma mère car le juge du tribunal en avait décidé ainsi. » Avant d’envoyer des personnes en foyer, pensez aux souffrances qu’elles endurent et au manque d’affection que cela cause.

Propos recueillis par Mounia – Terminale Gestion administration

Article publié dans PPL Actus numéro 5, décembre 2017.

Photo : http://cg92.reference-syndicale.fr/

Bienvenue chez nous, les orphelins

Ayant perdu mes parents très jeune, je sais de quoi je parle. Pourquoi je parle de ça ? Pour partager une partie de ma vie, ma motivation et mes moments de peine. Chez nous, on se pose des questions. Pourquoi nous ? Et pas les autres ? Comme dit ma deuxième maman, je ne peux pas connaître car, moi, j’ai les parents alors que, entre vous, vous pouvez vous comprendre. Mais, même à ma pire ennemie, je ne souhaite pas d’être orpheline. La douleur, même avec les temps, ça ne part pas. Plus je grandis, plus j’ai besoin d’eux. Après, tout homme devient père et toute femme mère. Comment parler d’un amour que, moi, je n’ai jamais connu ? L’amour d’une mère, je parle de la personne qui t’a mise au monde.

La vie est tellement triste qu’on n’a pas d’autres choix que d’avancer avec ça

Continuer la lecture de Bienvenue chez nous, les orphelins

Eboueurs, pompiers, techniciens de surface, voici les vrais héros !

Le travail est essentiel pour vivre heureux car le travail finit toujours par payer. Il faut travailler dur pour pouvoir gagner sa vie et pouvoir avoir une vie paisible. De nos jours, pour cela, il faut tout de même faire des études plus poussées et travailler très dur à l’école, obtenir des diplômes et comme on dit : le travail finit par payer tôt ou tard. Il y a tout de même des inégalités et de l’injustice car il y a toujours du piston et de l’aide interne (famille, amis…). Il y a aussi les familles issues d’un milieu social aisé et qui donc n’ont pas forcément besoin de travailler dur. Les personnes qui travaillent dur ont plus de mérite et leur travail mérite plus de reconnaissance. Les personnes qui ont le plus de mérite sont les techniciens de surface, les pompiers, les éboueurs…

Mohammed – Première commerce

Article publié dans PPL Actus numéro 5, décembre 2017.

Photo d’éboueurs à Paris. Wikimedia Commons.

On n’est pas vendeurs de drogue par plaisir

Souvent les gens ont tendance à garder comme préjugé qu’un vendeur peut être un meurtrier, un voleur… et bien sûr se sont souvent des gens de cités d’origines magrébines et africaines. Mais se sont-ils posés les bonnes questions ? Ces jeunes vendeurs ne font pas ça par plaisir, ils sont souvent influencés par les derniers survêtements ou même parfois des jeunes font ça pour nourrir leur famille ! Ils savent très bien les risques qu’ils prennent en faisant ce trafic, des proches peuvent perdre la vie ou même eux peuvent perdre la vie ou prendre des peines de prison.

Trois morts l’an passé dans une cité à Colombes, sept personnes en prison

Continuer la lecture de On n’est pas vendeurs de drogue par plaisir

Jeunes filles, ne vous emballez pas avec le premier garçon venu !

Je vois mes amies dire qu’elles sont en couple et que ce garçon sera leur mari. Mais combien de personnes se marient avec leur amoureux du collège ou du lycée ? Être en couple à cet âge (entre 13 et 18 ans), c’est dangereux je trouve car nous sommes encore perdues. On ne sait pas ce qu’on veut faire. Nous n’avons pas de grandes responsabilités et un garçon, c’est très malin.

Scotchée à son téléphone en cours avec son amoureux

Continuer la lecture de Jeunes filles, ne vous emballez pas avec le premier garçon venu !

Les femmes ne sont pas respectées : nous voulons l’égalité !

Nous pensons que les femmes sont égales aux hommes car tout le monde a les mêmes droits. Nous sommes tous sur le même piédestal. Nous pensons que les femmes doivent gagner le même salaire que les hommes car ce n’est pas normal qu’au 21ème siècle, nous gagnons toujours moins.

De plus, les femmes ne sont pas prises au sérieux concernant les plaintes pour harcèlement sexuel, la maltraitance… Les femmes ne sont pas respectées et sont victimes des hommes. Nous devons agir auprès du gouvernement pour mettre en œuvre une loi pour les femmes (droit, salaires, harcèlement…). Ce sujet doit être pris au sérieux car beaucoup de femmes sont touchées par ce sujet. Nous devons informer le gouvernement pour en finir avec ce système et avoir la paix dans le monde en tant que femmes.

Amandine, Ishia, Bachar, Rosana – 2POP2 (Seconde Professionnelle à Orientation progressive)

Article publié dans PPL Actus numéro 5, décembre 2017.

Visuel : Pixabay

Mettre une jupe ne veut pas dire être une salope !

Chaque fille a son style vestimentaire. Il y en a qui aiment mettre des pantalons, des survets’ et d’autres qui aiment porter des robes, des jupes longues ou courtes, selon les goûts de chacune.

Les garçons ont tendance à penser que les filles qui portent des mini jupes sont des grosses putes. En effet, si elles sont dans la vulgarité, elles seront jugées comme des prostituées ou même des escortes. Mais toutes les filles ne sont pas dans ce but-là ! Elles mettent des jupes parce qu’elles aiment tout simplement en porter. Donc non les filles qui portent des jupes ne sont pas des timps !

Ano – Terminale Accueil

Article publié dans PPL Actus numéro 5, décembre 2017.

Photo : torange_biz

Le viol, sujet toujours tabou. Témoignage

Sur plus de 198 000 femmes victimes de tentatives de viol chaque année en France, on estime à 75 000 le nombre de viols réels. Saviez-vous que dans 80% des cas, l’agresseur est proche de la victime ? Ami, copain, membre de la famille ou encore voisin… Autant de bourreaux qu’il est souvent difficile de dénoncer à cause de leur proximité. Seulement 13% des femmes violées osent porter plainte, par peur des représailles.

Pour moi, vivre l’acte est un premier viol, subir les examens médicaux en est un deuxième et devoir raconter son histoire, un troisième. Nous passons par des sentiments contradictoires tel que : la culpabilité, la honte, le mépris de sa propre personne pour enfin en arriver au désespoir et à la haine. J’exige qu’on soit reconnues comme victimes ! Certaines personnes se donnent les moyens pour justifier le viol.

Nos viols nous ont détruites sur tous les plans

Continuer la lecture de Le viol, sujet toujours tabou. Témoignage

Lycéennes, mineures et prostituées

Aujourd’hui, nous vivons dans une société où certaines filles de mon âge veulent mener une vie au-dessus de leurs moyens. Souvent influencées par une autre personne ou tout simplement de leur plein gré, voulant gagner beaucoup d’argent rapidement, elles tombent dans le cercle vicieux de la prostitution. On en parle peu, mais énormément de filles mineures se prostituent sans que, parfois, quiconque ne soit au courant. En effet, selon une étude publiée l’année dernière, entre 6000 et 10000 mineurs se prostitueraient en France. Deux de mes amies vivent ou ont vécu cette situation et l’une d’entre elle a souhaité témoigner anonymement sur ce qu’elle a vécu. Un témoignage recueilli par Nafi.

Après une longue discussion avec Cécilia, voici les grandes lignes de son histoire.

Cécilia a une histoire de vie complexe. Abandonnée par son père dès son plus jeune âge, elle a grandi avec sa mère qui n’a pas toujours été présente pour elle. Ainsi, Cécilia a très souvent été livrée à elle-même. Elle a d’ailleurs été placée plusieurs années dans un foyer. Cécilia a aujourd’hui 17 ans. Elle ne va plus à l’école depuis un an et passe ses journées à son domicile ou dehors avec ses amis.

Dans les minutes qui ont suivi la création de son compte sur un site, Cécilia* a été contactée par des nombreux hommes.

Continuer la lecture de Lycéennes, mineures et prostituées

Notre société idéale, ce serait…

Dans quel monde souhaiteraient vivre nos élèves ? La question paraît presque saugrenue depuis le TINA (« There is no alternative »). Ce slogan politique de l’ancienne Premier ministre, Margareth Thatcher, signifie que le capitalisme et la mondialisation sont indépassables et bénéfiques. Pourtant, dans ce monde profondément inégalitaire, une exigence revient, celle de l’égalité chez nos élèves de terminales Gestion administration.

Un monde égalitaire et sans argent

Ma vision d’une société idéale est que la paix règne dans le monde et que personne ne manque de rien, que tout le monde soit à égalité. Que les êtres humains traitent correctement les animaux et qu’ils soient tous libres. Qu’il n’y ait ni riche ni pauvre, que l’argent n’existe pas et que tout le commerce fonctionne sans salaire et que les gens soient totalement d’accord pour être bénévoles dans la société. Que le fait de tuer ne soit pas sanctionné car les gens vivraient dans une société où tout le monde se comporterait correctement avec tout le monde, donc il n’y aurait pas besoin de tuer. Que chacun exerce sa religion librement sans être jugé et que les gens n’oublient pas les vraies valeurs de la vie.

Anissa

L’homme serait respecté pour ce qu’il est et non pour ce qu’il a

Continuer la lecture de Notre société idéale, ce serait…

Fière d’être gitane, je ne comprends pas pourquoi on est discriminés

En 2013, alors ancien premier ministre Emmanuel Valls stigmatisait les Roms, les jugeant incapables de s’intégrer. Une élève gitane en 1ère bac pro, arrivée en 2011, nous décrit son parcours d’intégration. Un chemin rebelle, pas toujours facile, entre hostilité de la société française et de certains responsables politiques, et contraintes familiales strictes qui pèsent sur les filles gitanes.

Bonjour, il y a six ans que je suis venue en France. Au tout début, je ne parlais pas du tout français, les seuls mots que je connaissais étaient « bonjour, merci, au revoir, maman et papa ». Je suis venue ici pour des raisons personnelles parce que ma grand-mère est morte et il y n’avait plus personne pour me garder, moi et mon frère. Mes parents étaient déjà ici, en France.

J’ai appris la langue et en 3ème j’avais des moyennes plus élevées que les élèves Français

Continuer la lecture de Fière d’être gitane, je ne comprends pas pourquoi on est discriminés

Nous n’avons pas choisi d’être Noires mais nous avons cette chance !

Il y a plusieurs années, on dénigrait le physique de la femme noire. Si nos lèvres n’étaient pas trop pulpeuses, c’était des fesses trop bombées, la peau noire ou encore nos cheveux. Ces personnes avaient toujours quelque chose de péjoratif à dire à propos des femmes noires.

Maintenant, les jeunes filles « caucasiennes » font tout pour nous ressembler. Pour cela, elle passe soit par la chirurgie, soit par le sport. Les jeunes filles aux cheveux raides veulent avoir des curly (voirci-dessous). Le comble, c’est qu’elles nous volent nos hommes ! Le plus dur dans tout ça, ce sont les hommes noirs qui parfois nous dénigrent ou qui nous laissent pour une blanche neige parce que soi-disant, ils ont besoins de douceur et que la femme noire serait sauvage…

Nous sommes fières de nos origines, nous sommes fières d’être Noires, nous sommes fières de nos cheveux crépus,

Continuer la lecture de Nous n’avons pas choisi d’être Noires mais nous avons cette chance !

Affaire Théo : la sidération

L’affaire Theo, on entend parler que de ça dans les journaux, les gros titres et toute cette médiatisation mais comment peut-on réellement traduire cet acte barbare ? Je pense, qu’aujourd’hui, en France beaucoup de violences et autres actes criminels sont parfois banalisés, « par notre beau pays qu’est la FRANCE ». Et cela pour cause du statut de la personne qui a commis l’acte ou sur la personne sur qui l’acte a été commis.

C’est aujourd’hui une réalité mais aussi une fatalité que le viol du jeune Theo soit si peu pris en compte par la justice. Le policier en question n’a pas subi une lourde peine comme il devrait le mériter. Comment dans un pays comme la France, c’est-à-dire développé économiquement et socialement, pouvons-nous commencer à douter de notre sécurité et voir apparaitre en chacun de nous un sentiment d’incertitude ?

Anissa – Terminale Gestion administration

Article paru dans PPL Actus numéro 4, mars/avril 2017.

Visuel : capture écran de la vidéo du Parisien.

Femmes et esclavage, histoire d’une relation déchirante

À l’époque de la traite négrière, les femmes noires étaient soumises à leurs maîtres comme les hommes. Cependant, leur rôle de servitude était différent. Elles faisaient les tâches ménagères, la lessive, l’amidonnage et le fonctionnement des foyers. Bien sûr, certaines d’entre elles ont été affectées au même titre que les hommes aux travaux de plantations, elles assuraient également la survie de familles blanches. Un autre rôle peu connu était d’être auprès de la famille esclave. Elles s’occupaient des enfants, s’occupaient du repas, de ménage malgré leurs journées passées aux champs ou au travail, puis dans la maison du maître et enfin dans le foyer. Une triple journée de travail en somme.

La pratique cruelle de la condition du ventre

Continuer la lecture de Femmes et esclavage, histoire d’une relation déchirante

La royauté et l’esclavage

La traite négrière est légalisée par le roi de France Louis XIII. Il fait preuve d’hostilité au départ mais il se laisse convaincre par le fait que la traite négrière lui est présentée comme le meilleur moyen de christianiser les Africains. Son successeur, Louis XIV qui promulgue le « Code noir » en 1685 encourage la traite négrière en donnant une subvention pour chaque esclave introduit dans les colonies.

L’esclavage organisé et codifié pour le profit

Continuer la lecture de La royauté et l’esclavage

Les esclavagistes ont des visages

L’esclavage, à travers la traite négrière est un sujet qui nous concerne tous et qui sucite des débats dans nos classes mais aussi dans l’ensemble de la société. Ouvrons le dossier et discutons-en…

Souvent on dit rapidement que les esclavagistes de la traite négrière sont les « Blancs », nous allons voir que c’est plus compliqué. Le commerce triangulaire se fait entre trois continents qui sont l’Afrique, l’Europe et l’Amérique. L’Europe était la pièce maîtresse avec l’Afrique du commerce triangulaire.

Les personnes qui dirigent l’esclavage sont le roi, les nobles et la bourgeoisie naissante.

Continuer la lecture de Les esclavagistes ont des visages

Comment se prendre un rateau en 10 leçon !

1. Sentir mauvais et surtout, puer de la gueule. Prends un dentifrice !

2. Parler trop. Et quand tu parles, ça soule frère !

3. Etre sensible. Ne pas perdre ses couilles devant la femme.

4. Ne pas avoir un petit sexe. Minimum 20 cm !

5. Ne pas être bête, ni inculte !

6. Ne pas être un canard. Ne pas être friendzone (c’est quand la fille nous dit : il faut qu’on reste ami).

7. Bref, ne pas faire comme Bryan (émission de canard qui passait sur TJ)

8. Ne pas donner d’argent à la femme car elle prend alors trop la confiance.

9. Ne pas faire l’enfant. Etre immature.

10. Pour les Noirs, mettre de la crème (pour les jambes) car tu es tout blanc comme Bryan !

Risley

Article paru dans PPL Actus numéro 3 – décembre 2016/janvier 2017.

Photo : Pixabay

L’homosexualité, une acceptation difficile

L’homosexualité ? Un sujet tabou, qui a beaucoup fait parler ces derniers temps surtout depuis que le mariage pour tous a été voté et accepté. L’homosexualité est très souvent rejetée parmi les jeunes entre eux. Souvent des insultes fusent entre « hétéro » et « homo/lesbiennes ». Souvent, les homosexuels sont mal dans leur peau, se sentent mal perçus par les autres qui n’arrivent pas à concevoir que deux personnes de même sexe puissent être proches intimement.

Personnellement, je ne suis pas homophobe, mais je n’adhère pas forcément à ce choix de vie. Mais, je le respecte totalement. Avec mes amis, nous avons déjà pu discuter de ce sujet. Nos avis à chacun ne sont pas forcément mitigés, c’est-à-dire que nous pensons à peu près tous la même chose :  si dieu a créé l’homme et la femme, c’est pour pouvoir créer une descendance. Et deux personnes de même sexe, que ce soient les hommes ou les femmes, ne peuvent pas ensemble avoir une descendance.

Certaines personnes homophobes n’arrivent même pas à regarder des homos

Continuer la lecture de L’homosexualité, une acceptation difficile

Les femmes, une source de problèmes ?

Les femmes sont une source de problèmes. Sans elles, bien des hommes réussiraient dans la vie. Nous les HOMMES, nous aimons les femmes. Plus nous en avons, plus nous sommes bien dans notre tête. Donc, il nous en faut plusieurs et c’est là que la polygamie entre en jeu.

Certains Hommes n’ont pas besoin d’être polygame, car leur femme change tellement d’humeur par jour qu’ils ont l’impression d’en avoir quatre. Mais, pour ne pas avoir de problèmes avec sa femme, il vaut mieux en avoir qu’une seule et être très gentil avec. Comme ça on est sûr qu’elle n’aille pas voir ailleurs. Parce que si on en a plusieurs, on risque de se retrouver seul. Car si elles le savent, il risque d’y avoir un guet-apens. Alors que si on reste qu’avec une seule et que nous ne faisons pas trop de conneries, on peut peut-être la garder et être tranquille avec. La morale dans l’histoire ? C’est qu’en voulant plusieurs femmes, nous nous retrouvons très vite seul !

L’faucheur

Article paru dans PPL Actus numéro 3 – décembre 2016/janvier 2017.

Visuel : Piqsels.com

Pourquoi tant d’embrouilles entre nous au lycée ?

Cela fait maintenant trois longues années que je suis au lycée, à peu près chaque fois dans l’année, plusieurs disputes éclatent. Entre filles ou entre garçons. On retrouve souvent les mêmes sujets d’embrouilles. Pour les filles, cela provient soit d’un garçon, soit d’un mauvais regard, et pour les gars, d’un mauvais regard ou des embrouilles entre bandes rivales (lorsqu’ils ne proviennent pas de la même ville). Il m’est arrivé un jour de vouloir séparer une histoire entre des garçons. Cette histoire se passait pas loin du lycée, et comme vous le savez un homme énervé ne sait plus ce qu’il fait. Alors, il m’a mis un coup à l’œil.

Un coup de couteau peut provoquer de grands dégâts

Continuer la lecture de Pourquoi tant d’embrouilles entre nous au lycée ?

Tous égaux aux Etats-Unis ?

Les Noirs Américains ont toujours lutté pour l’égalité, mais n’y sont toujours pas parvenus, comme nous pouvons le constater au mois de septembre 2016.

Tout commença par l’esclavage : plusieurs millions de noirs africains sont amenés par force aux USA en 1619. Ils ont dû lutter pour se libérer de l’esclavage. La lutte ne s’est pas arrêtée là. En 1955, une femme noire, Rosa Parks, se rebelle et refuse de céder sa place dans le bus à un blanc. Un pasteur devenu célèbre, Martin Luther King, lutte contre la ségrégation raciale. Puis, Barack Obama devient président de la république aux Etats-Unis. Les Noirs Américains ont l’espoir qu’il va changer les choses. Mais, en fait, non, ça s’est aggravé avec les bavures policières (comme l’affaire Adama Traoré âgé de 24 ans, qui s’est fait tuer le 19 juillet 2016 à la gendarmerie de Persan en France).

Toutes les stars noires américaines luttent contre la ségrégation raciale, comme Denzel Washington, Will Smith, Beyoncé, Lebron James ou Alicia Keys. La question est : est-ce que l’égalité existe vraiment aux USA ?

Un élève

Article paru dans PPL Actus numéro 3 – décembre 2016/janvier 2017.

Photo d’lllustration : publicdomainpictures.net

Notre folle sortie à l’expo Frontières au musée de l’histoire de l’Immigration

Une sortie scolaire avec nos élèves de lycée pro, ce sont souvent des moments inoubliables et… parfois en dehors des codes de la culture commune pour certains, surtout quand il s’agit de la pratique muséale… Retour sur cette sortie qui a ravi nos élèves.

Ah, c’est vrai, quand on parle de musée, c’est tout de suite ennuyant et sérieux et vous avez raison ! Mais, croyez-moi, une sortie avec ma classe, les 1GA, n’est jamais ennuyante du tout. On trouve toujours le moyen de
rendre les choses plus amusantes et moins sérieuses. Notre sortie du 15 avril 2016 avec nos professeurs (M.  Bordet, M.Azouaou et M. Tchakam) a été mouvementée pour eux et drôle pour nous… En effet, vu que c’était notre première sortie en deux ans, nous étions en quelque sorte super excités et hyper contents d’y aller.

Continuer la lecture de Notre folle sortie à l’expo Frontières au musée de l’histoire de l’Immigration

Mes amis, nous pouvons abattre la misère !

Mes amis, le temps est arrivé de commencer à parler de la misère en France. Qu’est-ce vraiment la misère ? Est-ce que nous lui donnons assez d’importance ? Nous la voyons tous les jours la misère : en allant au travail, à l’école, ou tout simplement en allant se promener. La misère est partout. Elle est dans les yeux des gens que nous voyons assis par terre avec une couverture et quelques centimes. Ils sont tristes, ils ont faim et ils ont perdu l’espoir. Ils n’ont plus l’espoir qu’un jour tout ira mieux pour eux. Ils n’ont plus l’espoir de pouvoir avoir une maison, un travail ou une voiture. Mais, surtout, ils n’ont plus l’espoir d’être heureux !

Comment veut-on guérir le mal si nous n’en parlons pas ?

Continuer la lecture de Mes amis, nous pouvons abattre la misère !

Rien que le sexe, la drogue et la mode pour la jeunesse de lycée pro ?

En 2016, la jeunesse, c’est les soirées, la drogue, le sexe, la mode. Les jeunes ne veulent plus penser à leur avenir, ni aux études. Après le bac pro, go en entreprise ! Ils ne veulent pas gagner grand chose. Quand, plus ou moins, ils gagnent 1600 euros, pour eux, c’est le top. A ce rythme, dans dix ans, il n’y aura plus de docteurs ou d’ingénieurs. Il y aura des femmes de ménage, des électriciens, des mécaniciens. Certains vont en pro pour finir le plus vite possible l’école.

Penser à un futur, c’est mieux !

Mais, d’autres, j’en fais partie, on est là parce qu’on a choisi un métier qu’on aime. Vouloir rester jeune, c’est bien, mais on n’y reste pas longtemps, jeune. Alors, quand votre corps grandit, mais pas votre cerveau, c’est seulement grandir en restant bébé. Le sexe, la drogue, la mode, certes ! Mais, il faudrait penser à sortir de la jeunesse. Penser à un futur, c’est mieux !

Ordavia, Seconde accueil

Article paru dans PPL Actus numéro 2, mai/juin 2016.

Photo d’illustration : PxHere – Ricardo Medeiros

Blocus : de la loi travail au caillassage du lycée Paul Painlevé

Début avril 2016, à l’occasion de la loi travail, des élèves du lycée professionnel Paul Painlevé à Courbevoie (92) ont organisé un blocus devant l’établissement. Retour sur cette journée mouvementée qui a dégénéré en feux de poubelles et jets de projectiles contre les vitres du lycée à travers une série d’articles des élèves.

Oui au blocus, non aux jets de pierres et aux feux de poubelles !

C’était un jeudi, ce jour-là je commençais à 9h. J’étais dans le bus, il était 8h30, j’ai reçu un message d’une copine en disant qu’il y avait le feu au lycée. Au début, je ne comprenais pas ce qu’il se passait. Puis, je suis arrivée devant le lycée et j’ai vu plusieurs policiers autour du lycée. Ils étaient en train de bloquer le passage. Une dame m’a demandé si j’étais une élève du lycée, je lui ai répondu que oui.

Puis, elle m’a dit que je n’avais pas cours. Je suis restée devant le lycée pour voir ce qu’il se passait. Les élèves ont fait ça à cause de la nouvelle Loi du travail. Plusieurs minutes après, je suis rentrée chez moi. Le vendredi je n’ai pas eu cours non plus.

Le lundi, on nous a expliqué ce qu’il s’était passé. Plusieurs vitres ont été cassées (voir l’article de France bleu ici) et plusieurs poubelles ont été brûlées. Moi, je trouve qu’il ont eu raison de faire un blocus, mais ils sont partis un peu trop loin, c’est-à-dire qu’ils étaient pas obliger de brûler des poubelles et de jeter des pierres pour casser les vitres.

Alison, Seconde accueil

Ils voulaient juste passer sur BFM

Continuer la lecture de Blocus : de la loi travail au caillassage du lycée Paul Painlevé

L’amour n’a pas d’âge et personne ne déteste le sexe

Quand le temps change, les gens changent. La loi dit qu’un ou une mineure ne peut pas sortir avec un adulte. Mais la question est : l’amour a-t-il un âge ? Moi, je dirais que l’amour n’a pas d’âge. Mais, du moment où tu décides de partager ton corps avec un corps ou une autre, il faut être sûr de ne pas regretter.

Le sexe ne doit pas durer cinq minutes, mais une nuit !

Continuer la lecture de L’amour n’a pas d’âge et personne ne déteste le sexe

Mauvaise réputation : jugée comme une beurette à khel*

Cela fait plusieurs années que je suis dans ce lycée. Je remarque que beaucoup de jugements ont été portés sur moi. Je suis jugée parce que je me suis déjà mise en couple avec une personne de couleur noire. Durant mes études, j’ai entendu tous les genres de choses comme « c’est une pute, elle sort avec un noir ». Après ça, j’ai eu une réputation de « beurette à khel », c »est à dire comme une arabe qui parle ou sort avec des noirs pour envisager quelque chose. Je trouve ça raciste et bête.

« C’est une pute, elle sort avec un Noir ». Il faut arrêter cette sale mentalité bête et raciste.

Continuer la lecture de Mauvaise réputation : jugée comme une beurette à khel*

Mariage mixte : arrêtons les préjugés !

Nous sommes originaires de Tunisie et du Maroc. Pour
mes parents, se marier avec une personne de notre
origine est très important, cela fait partie de leurs
valeurs et de leurs principes. Ma sœur, âgée aujourd’hui
de vingt-sept ans ne voulait et ne pouvait pas décevoir
ses parents.
Elle a voyagé pour ses études en Amérique où elle a
passé trois ans et où elle a rencontré son mari. Le seul
problème est qu’il était « noir ». Elle en a parlé à ma mère
car elles sont très fusionnelles. Elle lui a dit que la
décision de son père serait irrévocable, que ce n’était
même pas la peine d’essayer.
Deux ans ont passé, on a encore essayé et un jour, mon
père a accepté de le rencontrer. Ils ont été boire un café
et mon père a vu qu’il était vraiment mature et qu’il
était charmant. Voilà pourquoi, il faut se méfier des
apparences et pour une fois, arrêtons le racisme !

NSEP

Article paru dans PPL Actus numéro 2, mai/juin 2016.

Photo d’illustration : flickr – khanelle.

Mon voile, ma fierté

Comme des milliers de femmes musulmanes en France, je porte le voile islamique. Ce bout de tissu qui est si petit mais qui cause de gros problèmes. Pour certains, une femme voilée et qui se couvre est une femme soumise ; mais ils ne savent pas de quoi ils parlent. Pour nous femmes musulmanes, il représente une énorme place dans notre vie quotidienne, c’est notre fierté, c’est ce qui nous démarque de la société. Souvent nous sommes critiquées sur nos tenues, sur notre religion, certains nous confondent avec les terroristes de DAESH ce qui conduit à des amalgames.

Les femmes ont le droit de se dénuder, alors pourquoi n’avons-nous pas le droit de nous couvrir le corps sans être mal vues ?

Continuer la lecture de Mon voile, ma fierté

Nos parents n’avaient pas de poRtables, Ils avaient une vie

La génération d’aujourd’hui n’est plus comme celle d’hier, toutes les relations sociales ont changé, que ce soient amicales, amoureuses ou familiales. Nous n’avons plus les mêmes façons de penser qu’avant, Je pense que tout ça est lié aux changements de vie qui sont causés en particulier par la technologie. Les jeunes d’aujourd’hui ne peuvent plus se passer de leur téléphone, tablette, ordi ou autre car ce sont devenus des besoins vitaux voire même des drogues alors que la génération qui nous précédait n’avait pas besoin de tout ça pour vivre, au contraire ils étaient même plus heureux que nous actuellement.

C’est malheureux de voir le langage vulgaire de certains

Continuer la lecture de Nos parents n’avaient pas de poRtables, Ils avaient une vie

Ainsi va la vie A la citE. Témoignage.

J’habite à Villeneuve-la-Garenne, plus précisément à la k-ravel. Là-bas, il y a trois types de gens : les racailles, les gens normaux et les dingues. Les racailles sortent à midi la plupart du temps pour glander toute la journée devant un bâtiment pour du trafic de stup (12h-18h ou 12h-00h). Les gens normaux, bah c’est des gens normaux quoi… et les dingues, eux, c’est ceux qui mettent le zbeul (voir le lexique de la street) dans la cité, qui attirent les keufs et qui kiffent quand ça s’tape.
Où j’habite, les meufs et les mecs s’entendent bien. Par contre quand des gens d’autres villes rentrent à la cité (meufs ou mecs entre 14 à 18ans), ça part en embrouilles, à part ceux qu’on connaît, et ça attire les keufs qui se font caillasser par les jeunes. Plusieurs d’entre eux vont en garde à vue, que ça soit les mecs ou les meufs. J’ai déjà été dans une embrouille* comme ça et cela m’a apporté beaucoup de problèmes.

À la cité, je m’habille souvent en garçon

Continuer la lecture de Ainsi va la vie A la citE. Témoignage.

Je suis une fille et je joue au foot en club

Alors, moi, c’est Tania, j’ai 17 ans, je joue au foot depuis que j’ai 4 ans. J’ai commencé à l’école de foot du Revest où je suis restée jusqu’à l’âge de 12 ans. Puis, mon deuxième club a été le Racing et aujourd’hui, je suis au Sporting Toulon Var. J’ai voulu jouer au foot parce que mon grand frère en faisait et j’aimais bien regarder les matchs à la télé. Et depuis toute petite, ça m’a plu.

« Trop de personnes pensent qu’on est automatiquement des garçons manqués ou des lesbiennes »

Continuer la lecture de Je suis une fille et je joue au foot en club

Plaisirs et déplaisirs d’être une femme

Les hommes n’ont pas la crainte de devoir dire à leurs parents qu’ils sont enceintes, ni de tomber enceintes, alors que nous, les femmes, avons forcément à un moment cette peur.

Marre d’être insultées

Les femmes sont contraintes d’avoir des règles tous les mois et de se poser des questions si elles ont du retard alors que les hommes n’ont pas à s’en soucier. Il faut s’épiler alors que pour les hommes, ça fait viril. On a recours à la pilule et nous voulons toujours plaire.

Dans la génération actuelle, on est considérée comme « coincée » si on n’a pas de rapports sexuels et comme « une pute » quand on en a, alors que, pour les hommes, c’est considéré comme une fierté. Les femmes sont souvent jugées par rapport à leur style vestimentaire, parfois même insultées à tort à cause de leur tenue.

L’appréhension de la première fois

Continuer la lecture de Plaisirs et déplaisirs d’être une femme

Amour lesbien ou ce qu’il y a de plus difficile à dire aux parents

C’est l’histoire d’une fille de 17 ans un peu différente … Elle n’est pas comme toutes ses copines. Elle, elle préfère les filles. Le plus difficile pour cette fille, c’est de se faire accepter par ses copines et par ses parents, ainsi que par la société qui est difficile à convaincre.
« Toujours la peur d’être honteuse malgré la loi sur le mariage homo »
Pourtant, c’est une fille comme les autres qui a le droit d’être appréciée à ses justes valeurs. Bien qu’on nous baratine depuis des années sur l’égalité de tous, il y a encore trop de différences. Incomprise et rejetée par ses parents, elle se renferme.
Par peur d’être honteuse, elle ne dit rien … Malgré la loi passée sur le mariage homo, elle est encore mal. La lutte continue…

Youyou et Yoyo (première)

Article paru dans PSJournal, avril/mai 2014.

Photo : Pixabay.

Le poids du quartier à Toulon : « La viriginité, pour nous les musulmanes, c’est la base ! »

La virginité, pour nous, c’est la base des bases car, pour nous les musulmans, c’est un bijou pour une femme, c’est une fierté pour la fille et les parents. Il est important, pour nous les femmes, de faire l’amour le soir du mariage, car, le lendemain, la famille du mari et celle de la femme se réunissent pour voir le drap de la femme : s’il y a du sang ou pas. Si la femme n’est pas vierge, cela prendra une tournure très dramatique pour toute la famille. Elle aura une très mauvaise réputation. Tout le quartier parlera sur eux. Ils diront que c’est à cause des parents qui l’ont très mal éduquée.

« Une déviergée musulmane est une tapin ! »

Continuer la lecture de Le poids du quartier à Toulon : « La viriginité, pour nous les musulmanes, c’est la base ! »

Depuis que le sexe est facile, l’amour est rare

Beaucoup de filles de nos jours à Toulon, et particulièrement dans le sud, sont des filles faciles ! Mais, depuis que le sexe est facile à avoir, l’amour est rare. Il est plus difficile de trouver son âme sœur dans le sud. Les filles cherchent le sexe plutôt que l’Amour et les longues, belles et passionnantes relations.

« Les filles ne sont ni des coincées, ni de traînées »

Continuer la lecture de Depuis que le sexe est facile, l’amour est rare

La chasse à courre, une tradition aristocratique où tous accourt

La petite grenouille nous décrit une chasse particulière, la chasse à courre qu’elle pratique également. Puisant dans la tradition chevaleresque et fortement liée à l’aristocratie, à l’armée et à l’Eglise, la chasse à courre, controversée dans les années 1980 en raison de la mise à mort « inhumaine » de l’animal pour ses opposants, est aujourd’hui en plein boum.

La chasse à courre est pratiquée par les personnes qui ont beaucoup d’argent. Cette chasse se pratique par des particuliers qui ont un équipage de chiens et de cheveux. Ils chassent sans voiture, montent les chevaux et parcourent la commune à cheval avec bien sûr les chiens. Dans une chasse à courre, les fusils sont interdits, Pour tuer, le sanglier, le cerf ou la biche, on y va avec une dague.

Il existe plusieurs chasses à courre. La chasse à courre aux sangliers, aux cerfs, aux renards, aux lièvres et la chasse à courre aux chevreuils.

Le maître d’équipage a 400 chiens et 30 chevaux

Continuer la lecture de La chasse à courre, une tradition aristocratique où tous accourt

Contre le mariage gay

Peu avant l’adoption de loi sur le mariage pour les couples de même sexe en mai 2013, la question du mariage homosexuel était vive parmi les élèves de lycée pro, entre pro mariage gay (lire ici) et anti.

Je ne comprends pas comment les Français peuvent être autant homophobes et avoir fait gagné Benoît dans Secret Story. Le mariage homosexuel reste un sujet sensible en France. Personnellement, je ne souhaite pas voir les gays se marier entre eux. Un couple est sensé se composer d’un homme et d’une femme, et non de deux personnes du même sexe. Je ne suis pourtant pas homophobe. Un homme ne peut pas apporter à un autre homme ce qu’une femme lui apporterait et pareil pour les couples de femmes. Peut-être trouvent-ils leur bonheur comme cela ? Mais je pense qu’il leur manquera toujours quelque chose…

Étant musulmane, je suis encore plus contre le mariage de musulmans gays!

Continuer la lecture de Contre le mariage gay

Mon tuteur de stage était un trans

Kenza, le tuteur de mon stage de 3ème, était un trans. Grâce à la chirurgie esthétique, celui-ci a transformé son corps qu’il avait 10 ans avant. Actuellement, il porte le corps et le nom d’une femme et se comporte comme telle. Impossible de découvrir la vérité par un simple regard. J’ai découvert son secret grâce à ma mère et ses sœurs qui étaient dans le même établissement scolaire quand il était encore un petit garçon innocent. D’après elles, celui-ci, à cet âge, était déjà efféminé.

Impressionnée par la force de la chirurgie

Continuer la lecture de Mon tuteur de stage était un trans

Mariage gay et homoparentalité : où est le problème ?

Pour ma part, je pense que les homosexuels devraient autant avoir le droit au mariage qu’un couple d’hétérosexuel. Ce n’est pas parce qu’ils ont une orientation sexuelle différente qu’ils se doivent d’être différenciés. En France, notre devise est « liberté, égalité, fraternité ». Alors certes, ils sont libres car, de nos jours, ils ont le droit de s’aimer et d’être ensemble. Mais pour ce qui est de l’égalité, il n’y en a pas !

En avril 2013, les homos ne sont pas aussi égaux que nous

Continuer la lecture de Mariage gay et homoparentalité : où est le problème ?

Des filles sous l’autorité des frères

L’autorité d’un frère sur sa sœur qui habite dans une cité est importante car le frère est plus au courant de ce qui se passe dans la cité, ou en-dehors, que les parents. En effet, la majorité des personnes de banlieue sont africaines ou maghrébines. Et la majorité des parents viennent d’un pays étranger où il ne se passera jamais quelque chose entre un garçon et une fille par respect de la religion ou une surveillance rapprochée. Donc, les parents en France ne se diront jamais que ma fille a fait tel ou tel truc de mauvais avec un garçon alors qu’un grand frère a du piston pour tout savoir dans les moindres détails. Et là, le frère peut intervenir à sa manière (réglage de compte, représailles, etc.)

Continuer la lecture de Des filles sous l’autorité des frères

Marre des meufs qui font les bonhommes, marre des crasseuses !

Y’en a marre des meufs qui veulent faire les bonhommes et le pire, c’est qu’elles se croient fraîches ! Les mecs, ils ont leur langage et les filles le leur, c’est dur à comprendre ? Y’a des meufs dans la rue elles sont là en train de marcher, sauter, rigoler fort, habillées jogging casquette, Tn (*), et en train de rapper et cracher par terre et tsa… J’sais pas, respecte-toi, reste à ta place, parce-que si tu crois que, les gens, ils vont dire : « cette fille elle est fraîche », tu te trompes, hein ! Y’en a, elles parlent pire que les mecs, elles te sortent de ces insultes, même les mecs, ils ne parlent pas comme ça ! Enfin bref t’es une fille : restes en une (ndr : pour un avis contraire, lire ici) !

Continuer la lecture de Marre des meufs qui font les bonhommes, marre des crasseuses !

Les hommes n’ont pas tous les droits mais toute fille doit se respecter

Le film Les roses noires d’Hélène Milano était bien mais je ne suis juste pas d’accord avec ce que disent certaines filles dans ce film. Celui-ci confirme les clichés de la fille soumise et de l’homme qui a tous les droits. D’après Les roses noires, les filles devraient avoir honte d’être des filles. Elles ne devraient pas s’habiller comme elles le désirent ou sortir comme elles voudraient. Il y en a même qui parlent d’elles au masculin : c’est triste !

Pour ma part, et nous les filles de Paris, nous ne sommes pas du tout comme ça ! Certes, je suis d’accord qu’on ne peut pas faire ce qu’on veut par rapport aux garçons. Mais, pour moi, c’est une question de culture. Nous aussi, on a des cousins, des grands frères et on habite dans des cités.

Toute fille qui se respecte n’a rien à se reproche

Continuer la lecture de Les hommes n’ont pas tous les droits mais toute fille doit se respecter

Les roses noires, un documentaire sur la lutte des filles pour trouver leur féminité

Les Roses noires, le film d’Hélène Milano, donne la parole aux filles des cités. Quand les codes des garçons s’imposent aux filles, celles-ci doivent alors déployer toutes les ruses pour se faire respecter et conquérir, au cours de l’adolescence, une féminité qui n’a rien d’évident. Des stratégies féminines qui ont suscité de très nombreuses réactions dont la plupart sont un rappel à l’ordre masculin (voir ici, ici et là) au grand dam de la représente d’une association féministe qui a souhaité assister à la projection.

Le lundi 11 février 2013, nous avons vu un documentaire qui parle des jeunes filles des quartiers. Elles prennent la parole dans ce film d’Hélène Milano intitulé Les roses noires. Elles habitent dans le sud de la France, en banlieue marseillaise, et dans la banlieue parisienne. Elles ont entre 13 et 18 ans.

Agir comme un garçon manqué pour échapper à la mauvaise réputation

Continuer la lecture de Les roses noires, un documentaire sur la lutte des filles pour trouver leur féminité

Génération de merde !

Cette nouvelle génération est une génération de merde car pratiquement personne ne se respecte ! La plupart des meufs deviennent des cybers, c’est-à dire quelle passent leur journée à Gare du Nord ou Châtelet qui sont des endroits mal réputés, à s’habiller et se maquiller de façon provocante : minijupe ou leggins, débardeur, talons (ça dépend) … La plupart portent des bottes.

Des mecs toujours en chien

Continuer la lecture de Génération de merde !

Adolescence : notre cerveau est inversé ! On adule le mal et on méprise le bon

L’adolescence est l’une des périodes fortes dans la vie d’un homme. Vue de l’intérieur, c’est la meilleure période. Mais pour les générations qui l’ont déjà passée et qui ne seront plus jamais jeunes, c’est la pire ! Surtout à notre époque où la jeunesse est excitée et incontrôlable.
Pour ma part, l’environnement joue beaucoup dans les orientations et hobbies des jeunes. L’adolescence, c’est la période où l’on est assez jeune pour jouer les inconscients mais déjà assez vieux pour être jugé comme responsable de nos actes.

En deux ans, tout a changé : tout le monde arrête l’école et traîne dans la rue

Continuer la lecture de Adolescence : notre cerveau est inversé ! On adule le mal et on méprise le bon

Portrait : Iitinéraire d’un ancien voyou devenu un exemple pour nous les jeunes

Mohamed (c’est un pseudo) qui étudiait dans un collège de Paris n’était plutôt pas très intelligent. Très tôt, il décide de quitter l’école pour travailler dans la banlieue. A tout juste 12 ans, il se mit à travailler pour des grands de son quartier. Il faisait le guetteur. Ça consiste à surveiller les alentours pour les dealeurs. Un jour, on l’arrêta et on l’envoya dans un camp de rééducation en pleine montagne. Il y resta un an. A sa sortie, il avait 14 ans. Il continua à trainer dehors quand il eut l’opportunité de devenir dealeur à son tour. Il travailla pendant plusieurs années en tant que dealeur tout en se doutant que la police le suivait. Un jour, chez lui, à l’âge de 23 ans, il fut arrêté et inculpé pour trafic de stupéfiant. Il écopa de trois ans d’emprisonnement. En prison il revit ses parents et son frère qui le raisonna et lui dit d’arrêter ces conneries.

Sortie de prison et fin des conneries

Continuer la lecture de Portrait : Iitinéraire d’un ancien voyou devenu un exemple pour nous les jeunes

Le discours de Dakar de Sarkozy de 2007 : ça ne passe toujours pas !

Je parle à toi, Nicolas Sarkozy. Je t’ai vu aller à Dakar dire que l’Afrique n’était pas entrée dans l’histoire. Mais, si c’était le cas, le reste du monde n’y serait pas ! Nico, je t’appelle comme je veux, si je regarde parfois les infos à la télé, quand je vois un président qui parle sur l’Afrique, ça me fait vraiment mal au cœur. Je remue la tête, je me demande, je m’interroge, je repose la question dans ma tête : qu’est-ce que l’Afrique a fait à ces présidents ?

Continuer la lecture de Le discours de Dakar de Sarkozy de 2007 : ça ne passe toujours pas !

Dis non au racisme !

Le racisme n’apporte que souffrances inutiles, crée les guerres, l’intolérance et la mort des innocents. Nous sommes tous des êtres humains. Nous rions. Nous pleurons. Tant que la couleur de peau sera plus importante que l’éclat des yeux, il y aura toujours la guerre. Peu importe si ces Noirs ou Blancs se sont embrassés quand l’ombre est de la même couleur. N’oubliez jamais que le sang qui coule dans les veines d’un Noir ou d’un blanc est le même. L’amour ne connaît pas de couleur. Ensemble, nous pouvons mettre fin au racisme.

Jessica (1CAP)

Article paru dans Bal’actu numéro 7, décembre 2012/février 2013.

Photo : publicdomainvectors.org

Fière d’être kosovarde

Je m’appelle Nora. J’ai 16 ans. Je dois mon nom kosovar à mon père, né à Istog. Ma famille a émigré il y a 20 ans. D’origine kosovarde, je suis déjà allée dans mon propre pays. J’aime la vie là-bas, mes grands-parents y sont nés. Aussi, nous nous sommes 3 enfants nés à Paris. En voyant la vie ici et au Kosovo, on préfère le Kosovo. Entre frère et sœur et avec la famille, on parle l’Albanais. Je suis fière d’être kosovarde. Je souhaiterais partir de la France pour aller, soit en Suisse, soit en Allemagne. Moi, j’aimerais vivre dans mon pays. Mais, si je vais en Suisse, je voudrais habiter à Genève ou Zurich. Et pour l’Allemagne, c’est Müllheim ou Stuttgart qui me plaisent.

Nora (1CAP)

Article paru dans Bal’actu numéro 7, décembre 2012/février 2013.

Photo de Pristina :Jeffrey Beall sur Flickr.

Mon parcours et mes peines en famille d’accueil

Je m’appelle Kareena, j’ai seize ans, je suis française. Je dois mon nom marocain à mon père, né à Tiznit. De lui et de sa famille, je sais presque tout. Il a émigré il y a trente ans pensant, comme beaucoup d’émigrés, trouver un travail. Ma mère, ma sœur et mes deux frères ont acquis la nationalité française il y a un an. Mes parents retournent chaque année au Maroc. Mes grands-parents sont morts et ils ont laissé un grand héritage à mon père et à ses deux frères. Il y a dix mois, j’étais chez mes parents dans ma chambre. Et tout d’un coup, je me suis trouvée dans une famille d’accueil.

Continuer la lecture de Mon parcours et mes peines en famille d’accueil

Parents, laissez-nous aller en lycée pro !

La rentrée est passée ! C’est reparti pour une année scolaire enrichissante en émotions, rencontre, disputes, contrôle surprise… Tous les scolarisés de France sont rentrés et pour certains dans une nouvelle dimension. Le changement entre la primaire et le collège est une vrai joie et pour d’autres non. Les nouveaux lycéens sont entrés dans la cour des grands. Les jeunes ont le choix de suivre une seconde professionnelle ou générale et d’autres n’ont pas le choix. La plupart des lycéens n’ont pas choisi de faire une seconde professionnelle, considérés comme soit disant trop nulle pour le lycée général. En fin de seconde, certains élèves se retrouvent aussi en échec scolaire, redoublent et sont alors réorientés en pro. Certains parents sont coupables dans le choix de l’ados. Certains ados auraient aimé faire une seconde professionnelle. Mais, l’enseignement professionnel est trop mal vu de quelques parents. Pourtant, en enseignement général, les élèves ne savent pas quoi faire à la fin de leur scolarité et d’autres ne trouvent pas de job. Les parents doivent laisser leurs “enfants” faire leur choix.

Agathe (2GA2)

Article paru dans Bal’actu numéro 7, décembre 2012/février 2013.

Photo : Lycée professionnel Daniel Balavoine à Bois-Colombes (92).

J’aime pas la politique, je suis pas un leader politique, je suis un simple négro !

Mahamadou, élève de CAP, a vu des jeunes de son âge se faire tuer pour la politique en Afrique où il a vécu jusqu’à 15 ans. Texte de rage et d’appel au courage.

La politique est devenue du business aujourd’hui. Puisque les présidents ne tiennent pas leurs promesses, je les nique tous. Ils sont là pour ne penser qu’à leur poste. Je ne voterai jamais parce que ce sont des pourris. Je ne vote pas pour des pourris, moi ! Je dis tout cela parce que je ne vois pas ce qu’ils ont fait de bien. Prenons l’exemple de l’Afrique. J’ai vu la politique tuer des jeunes de mon âge. Fuck à leurs textes engagés !

Les pourris sont là à imposer leurs lois

Continuer la lecture de J’aime pas la politique, je suis pas un leader politique, je suis un simple négro !

Ni pute, ni crasseuse, ni bouffonne : On veut le droit au respect !!!

Les mecs et les meufs n’ont pas le droit au même respect. Quoi qu’une meuf fasse, elle va être jugée et insultée alors que les mecs, eux, quoi qu’ils fassent, ne vont pas être jugés mais encouragés.

Des insultes à longueur de journée

Nous les meufs, on va être jugées, insultées, mal vues. Dans la nouvelle génération, beaucoup de gens disent que les meufs deviennent des filles faciles, qu’elles ne se respectent plus, et qu’elles font n’importe quoi, à n’importe quel âge. Mais c’est une mauvaise image. Ce sont les mecs qui nous font cette image-là et nous insulte à longueur de journée sans savoir la signification de certains mots. Les mots qui ressortent le plus souvent sont pute, salope, traînée, crasseuse, et même coincée ou gamine.

Faire l’amour sans passer pour une pute … ou un BG (Beau gosse)

Continuer la lecture de Ni pute, ni crasseuse, ni bouffonne : On veut le droit au respect !!!

Je suis une fille, j’ai 16 ans et je chasse le sanglier dans la Creuse

J’ai 16 ans et je suis une passionnée de chasse. Depuis 6 ans je vais à la chasse dans la région du Limousin en Creuse. En battue, on chasse le sanglier et les chevreuils. En libre passion, on chasse le petit gibier, à savoir tout ce qui est lièvres et faisans. On se déplace le plus souvent en 4×4 de chasse. Les 4×4 L200 de Toyota sont les plus utilisés à la chasse pour aller chercher ou arrêter les chiens qui sont partis trop loin ou dans une autre commune. On se déplace aussi à pied avec les chiens dans la traque pour aller chercher les sangliers ou chevreuils. On a une équipe de chasseurs de 45 personnes environ et une cinquantaine de chiens courants de chasse. Nous sommes trois femmes, une qui chasse, une qui suit en voiture et une chasseuse en chasse accompagne.

Continuer la lecture de Je suis une fille, j’ai 16 ans et je chasse le sanglier dans la Creuse

Homo-ghetto, les clandos de la République

C’est par le prof d’espagnol (voir l’article de Kamel sur l’affirmation de son homosexualité) qui m’avait envoyé le lien, en espérant que cela allait m’aider, que j’ai découvert ce livre. Ce livre traite de la vie que mènent les gays et lesbiennes issus des banlieues.

Deux mondes homos : les gays parisiens et les homos de banlieue

Il y a vraiment deux modes de vie différents entre eux et les gays parisiens. Ces derniers aspirent à l’évolution des droits alors que, nous, on essaye juste de survivre, de ne pas subir d’agressions. Ainsi, le droit au mariage, ça ne va pas forcément faire avancer les mentalités, ça ne va pas empêcher les gens d’agresser. En fait, nous, on est obligé de se cacher par peur du regard des autres. A mon sens, ce qu’il faudrait faire, c’est plutôt aider les jeunes à aller mieux. Mais, homo-ghetto m’a permis de savoir qu’il y a des gens qui sont dans des situations pire que le mienne.

L’homosexualité refoulée des videurs de boîte

Continuer la lecture de Homo-ghetto, les clandos de la République

Itinéraire d’un coming out en lycée pro

Au mois de février, lors retour de stage, deux élèves du lycée, Assma* et Inès, m’avait demandé si j’étais homosexuel. Jusqu’alors, je n’arrivais pas à en parler. Pour moi, vu que ce n’était pas normal d’être homosexuel, c’était logique de ne pas en parler. Pour moi, dans la logique des choses, un homme était fait pour aller avec une femme. Je me disais aussi que si les autres le savaient, ça allait tout changer. En fait, ils s’en doutaient déjà.

Je n’arrivais pas à me concentrer à l’école

Quand j’allais à l’école, c’était comme si je n’y étais pas. Je n’arrivais pas à me concentrer tellement ça me prenait la tête. Et je ne pouvais pas dire pourquoi je n’arrivais pas à me concentrer à l’école. Je savais que c’était ça mais je n’arrivais pas à le dire. Je me rendais pourtant compte qu’il fallait que j’en parle parce que je sentais que je ne pouvais pas faire autrement si je voulais me sentir mieux.

Continuer la lecture de Itinéraire d’un coming out en lycée pro

50 ans après, ne pas oublier la guerre pour l’Indépendance de l’Algérie

Cette guerre n’a jamais été oubliée. En Algérie, il y a beaucoup de personnes qui se souviennent de cette guerre. En entendant des vieux ou des jeunes quand je vais là-bas, je comprends qu’avant l’Indépendance, c’était un peu la loi du plus fort. Beaucoup de vieux, nous ont raconté que des militaires français les maltraitaient et posaient toujours la même question : « où sont les fellaghas ? ». Et invariablement, ces personnes âges disaient on ne sait pas où sont les fellaghas.

Le combat pour l’Indépendance plus fort que tout

Continuer la lecture de 50 ans après, ne pas oublier la guerre pour l’Indépendance de l’Algérie

Guerre d’Algérie : « l’école reste encore le lieu privilégié de la transmission »

Saad Chakali, assistant de conservation du patrimoine et des bibliothéques au Blanc-Mesnil (93), écrivain et auteur du site Des Nouvelles du Front, dédié à la critique intellectuelle de films, était invité à une discussion avec les terminales Vente autour de la guerre d’indépendance du peuple algérien. Une après-midi d’échanges passionnants. Compte-rendu.

Sur l’invitation du professeur de lettres et d’histoire-géographie Monsieur Guillaume Bordet, et sous couvert de son chef d’établissement Madame Bourdier, j’ai eu le plaisir d’échanger de passionnants propos avec les élèves de la classe Terminale Bac Pro Vente du LP Daniel Balavoine (92) au sujet de la guerre d’indépendance du peuple algérien. A cette occasion, je me suis présenté à eux, un DVD sous le bras, afin d’accompagner et de soutenir notre discussion commune. Il s’agissait du film intitulé La Trahison réalisé en 2005 par Philippe Faucon d’après le récit éponyme de Claude Sales rédigé en 1999.

La Trahison, un film à partir de l’histoire vraie d’un militaire français, Claude Sales

Continuer la lecture de Guerre d’Algérie : « l’école reste encore le lieu privilégié de la transmission »

Mon stage au bureau du séjour des étrangers à la préf’ des Hauts-de-Seine

Cette année, j’ai eu l’occasion d’effectuer un stage de 8 semaines à la Préfecture des Hauts-de-Seine dans le service “bureau du séjour des étrangers” à Nanterre. J’avais candidaté pour ce poste car je voulais un stage qui donne une grande place à la communication orale et à l’accueil. Au cours de mon stage, on m’a demandé d’évaluer l’accueil des usagers et de proposer des améliorations. Vous pourrez juger par vous-même en lisant la suite !

Le rôle du bureau du séjour des étrangers de Nanterre

On y délivre les autorisations de séjour des étrangers souhaitant s’établir en France. La section accueil, dont j’ai fait partie, compte 20 agents. Elle renseigne les usagers, enregistre et contrôle les demandes de titre, remets les titres ou rédige les refus de séjour.

Continuer la lecture de Mon stage au bureau du séjour des étrangers à la préf’ des Hauts-de-Seine

Pruneau, banane desséchée, ces mots sont pour vous Mesdames les cougars !

Même si, après enquête, elle appartiennent essentiellement au monde du show-business, ces femmes d’un âge mûr, voir très mûr, sont libérées et font jeunes. Pire, elles sortent avec des jeunes de notre âge. Je trouve ça déplacé, inapproprié, même pervers : ça pourrait être leur fils !

Leurs toys boys devraient nous appartenir !

Continuer la lecture de Pruneau, banane desséchée, ces mots sont pour vous Mesdames les cougars !