Archives de catégorie : Culture

ESPIONS, UNE EXPOSITION à NE PAS RATER

L’espionnage n’a plus de secret avec l’exposition espions à la Cité des sciences en collaboration avec la série à succès de Canal+ « Le bureau des Légendes ».

Si vous êtes fan des espions ou tout simplement curieux, cette expo est un très bon condensé de tout ce qui est à savoir sur cet univers mystérieux. La République Occidentale effectue des tests nucléaires de faible intensité, prenez part aux recherches concernant ces traîtres de la nation. Découvrez les méthodes opératoires tel que filature, dépoussiérage, mise en place de moyens de surveillance et d’écoute, détection d’essai nucléaire à l’aide d’un sismographe.

Ce n’est pas uniquement de la lecture interminable mais aussi des activités plus ludique ce que permettra aux enfants de suivre l’intégralité de l’exposition. Vous allez découvrir la vérité sur cette menace nucléaire et pouvoir rentrer chez vous et dire à vos parents que vous avez sauvé le pays !

Article rédigé par la 16ème promotion des cadets de la République

Photo des Cadets dans la salle truffée de micros.

A l’école du rap

Dans les années 2000 le rap US avait contamine tous les jeunes de ma génération, ainsi que moi, en découvrant les artistes comme 2Pac et Biggie, des rappeurs américains décédés. J’ai tout de suite été entrainé comme la plupart des ados sur terre. En découvrant d’autres artistes tels que Snoop dogg ou Wiz Khalifa qui fumaient sans cesse de la marijuana. Comme eux, les joints m’ont tout de suite mis dans l’ambiance de la musique.

Au lieu d’aller au collège, je passais mes journées à rapper dans un appartement abandonné.

Continuer la lecture de A l’école du rap

Les reportages sur les banlieues ne sont que des caricatures de la vie réelle

Pour ma part, je trouve que la police française est particulièrement violente. Les bavures policières deviennent quotidiennes dans les banlieues sensibles. J’ai vu de nombreuses scènes choquantes comme les contrôles, les perquisitions et qui sont tous plus violents les uns que les autres.

Entre les insultes, les coups, le racisme, la police a une image bien moins belle que ce que ces émissions nous montrent

Continuer la lecture de Les reportages sur les banlieues ne sont que des caricatures de la vie réelle

Théâtre. Les hommes préfèrent-ils les cruches ?

Le mardi 04 Décembre 2018, les élèves du lycée Paul Painlevé à Courbevoie accueillaient pour la première fois au sein de leur établissement la troupe de théâtre “L’équipe du matin” pour une représentation exclusive de la pièce « Dérivée ». Une salle a été spécialement aménagée pour l’occasion.

C’est une pièce théâtrale qui avait pour thème l’orientation des élèves dans l’enseignement supérieur. La pièce mettait en scène la détresse silencieuse d’une jeune fille nommée Alice dans ses perspectives d’avenir. Alice est une élève en classe de Terminale S, introvertie, avec un caractère de “garçon manqué”. Elle est très proche de deux amis, l’un d’entre eux Bob qui la voit comme un ami mais pas comme une fille et l’autre Eve qui est tout son opposé. Au début de la pièce Alice est en difficulté scolaire et révise avec ses deux amis malgré son parcours modèle durant les années précédentes.

La pièce met en exergue le sexisme toujours omniprésent dans le secteur de l’industrie

Continuer la lecture de Théâtre. Les hommes préfèrent-ils les cruches ?

Fortnite, un jeu en mode « battle royale »

Fortnite est un jeu vidéo de survie et de construction en coopération développé par People Can Fly et Epic Games. Créé en 2017, Fornite est un jeu qui se démarque des autres Battle royale présents sur le marché des jeux vidéo avec des graphismes enfantins. Mais ce qui a fait son énorme succès, c’est qu’il est gratuit sur toutes les plateformes de téléchargement de jeux vidéo (PlayStation, Xbox et pc).

Des grands noms du jeu vidéo participent aux tournois pros

Continuer la lecture de Fortnite, un jeu en mode « battle royale »

On a assisté à l’émission de Kevin Razy sur Canal+

Une sortie a été organisée le mardi 27 mars 2018, cela rentrait dans notre objet d’étude « la parole en spectacle » du programme de français. Nous sommes allés sur le plateau de Canal+ à Boulogne Billancourt. On a assisté à l’émission « Bienvenue chez Kevin Razy ». A notre arrivée sur le plateau télé, une hôtesse d’accueil nous a accueillis et nous a guidés jusqu’au plateau. Sur le plateau, elle nous a placés en groupe dans les gradins.

Une fois installés, le chauffeur de salle, nommé Charlie, nous a expliqué le fonctionnement de l’émission. Avant l’arrivée de Kevin Razy, Charlie nous demandé de mettre l’ambiance (applaudissements, sifflements…). Pendant l’émission, on a pu voir l’aisance de Kevin Razy. Il y avait une bonne coordination avec le chauffeur de salle, il avait une gestuelle appropriée à l’émission. Nous avons aussi assisté à la représentation d’un chanteur. A son arrivée nous l’avons accueilli dans un vacarme. L’émission a débuté à 14h30, Kévin Razy a présenté son émission avec beaucoup d’humour.

TGA2 – Terminale Gestion administration 2

Un article publié dans PPL Actus numéro 6, mai 2018.

Photo : Kevin Razy, en spectacle à Wissous. Wikipedia.

Quand la langue française fait mal aux femmes…

« Fils de pute », « perdre sa virginité », « tomber enceinte »…

Autant de mots et d’expressions qui, mine de rien, égratignent un peu plus tous les jours, l’image de la femme. Des expressions ancrées dans le langage courant (comme « con » désignant un imbécile) alors que son premier sens est l’organe féminin. Dans cet article, je passerai au crible la langue française afin de prôner une langue française égalitaire. Quel est le but de cet article ?

Je vous propose de réfléchir aux mots que nous employons, à partir de là, les gens se comprendront mieux entre eux parce qu’il y a beaucoup de faux sens. On vit à une époque incroyable depuis « Balance ton porc », une époque où les femmes n’acceptent plus que des violences insupportables soient passées sous silence. Ça n’est plus possible d’entendre ces tournures, ces insultes, ces mots qui minimisent la violence.

Pour changer le monde, il faut nécessairement changer les mots…

Continuer la lecture de Quand la langue française fait mal aux femmes…

Trois mangas qui poussent à la réflexion

A mon humble avis, les mangas sont devenus tabou à cause des « Dragon Ball » qui sont très connus pour la violence des combats. « Dragon Ball » est jugé trop violent pour les enfants par les parents, mais ce manga n’a jamais été destiné aux enfants. « Dragon Ball » est un style de manga basé sur la violence, mais il y a plein d’autres types de mangas. Les mangas dont je vais vous parler poussent à la réflexion : Death Note, Parasite, GTO.

Death Note

Continuer la lecture de Trois mangas qui poussent à la réflexion

Un Z qui veut dire… Zaïrois

Les Zaïrois, maintenant appelés les Congolais, habitent la RDC (République démocratique du Congo). La RDC, contrairement à d’autres pays africains, se fait connaître de plus en plus dans le monde par sa culture, Côté musique et rumba, on a Papa Wemba, Fally, Fabregas et sa chanson Ya mado, mais aussi Maitre GIMS ! Notre langue, le lingala, est parlée dans le monde par des Blancs, des Arabes, des Chinois… Et on a bien sûr la sape !

Les Z avec la sape

Continuer la lecture de Un Z qui veut dire… Zaïrois

Geek : Le French Deep Web, comment ça marche ?

Voyage dans les profondeurs de la toile, espace virtuel pour délinquants et criminels bien réels.

Le French deep web dit le FDW pour les connaisseurs est un forum privé. On ne peut accéder à ce forum qu’en passant par un serveur Internet sécurisé, qui modifie notre adresse IP toutes les deux secondes.  Ainsi, nous ne pouvons pas être retracés. Dans ce forum, il y a plusieurs sujets de discussion, de l’escroquerie de base à la pédophilie ou à des réseaux de crimes et de délits, qu’ils soient mineurs ou majeurs. En 2015, le FBI a ainsi infiltré le réseau pour attraper des pédophiles (Journaldugeek.com du 08/01/16).

Le black market, une sorte de Boncoin des choses illégales

Continuer la lecture de Geek : Le French Deep Web, comment ça marche ?

Cher Nicolas de Staël,

Je t’écris même si tu n’es plus là, je t’admire sans que tu le saches. Tes tableaux m’ont tellement fasciné que j’ai voulu me faire ma propre idée du mien par rapport aux tiens.

Il y avait un de tes tableaux juste à côté de ta tombe. En le regardant, je rêvais à ce ciel qui me fait penser à une étendue de milliers de kilomètres de vides, mais c’était tellement beau. Cela me faisait penser à un dégradé, un camaïeu de couleurs magnifiques qui m’a transporté dans ce tableau.

Tu avais un talent hors du commun. Ta peinture reste gravée dans mon cœur.

Nada. N et Sarah. R – Troisième préprofessionnelle

Visuel : tableau de Kyllian – Troisième préprofessionnelle

Article et peinture parus dans PPL Actus numéro 4, mars/avril 2017.

Reconstruire une société plus juste et libre

Détruire la terre Mère Nature, qui fond en
larme , les Hommes qui font des lois.
Frapper le sol qui s’ouvre sous le poids de nos
bêtises.
Saigner des yeux lorsque tu regardes l’humain
vaniteux et lâche
Casser des temples pour l’honneur d’un pays
appauvri par la guerre et le manque de
denrées.
Tuer pour survivre
Piller pour appauvrir
Violer pour les détruire
La vraie souffrance se trouve chez ces
personnes, acteurs d’actes odieux et
immoraux.
Reconstruire une société plus juste et libre
Rêve inatteignable
Veilleurs des nuits

T. – Terminale Gestion administration européenne

Article paru dans PPL Actus numéro 4, mars/avril 2017.

Photo des sculptures : PwHere

L’Idiot de Fiodor Dostoïevski, un récit magnifique et touchant

La littérature russe est très connue dans les pays étrangers. Les auteurs russes ont pu comprendre la nature, les sentiments, l’âme d’un être humain et nous transmettre ces connaissances à travers leurs livres. L’un des livres que j’ai beaucoup aimé at qui m’a marqué est l’Idiot de Fiodor Dostoievski écrit en 1868.

Le héros principal de cette histoire est le Prince Myshkin qui déménage à Saint-Pétersbourg, une ville en Russie, et qui est considéré comme un idiot à cause de sa naïveté, de sa générosité, de ses bonnes actions et du regard qu’il porte sur le monde. Ce récit est magnifique et extrêmement touchant car le personnage du livre qui est bon est harcelé par le mal. On peut dire que c’est l’agneau entouré des loups.

Le livre nous fait bien découvrir la Russie du XIXe siècle. On a la chance de vite pénétrer dans l’histoire, se sentir dans la peau des personnages. Et l’intrigue est captivante.

Kristina – Terminale Gestion administration européenne

Article paru dans PPL Actus numéro 4, mars/avril 2017.

Visuel : peinture de Gustave Courbet, Le Désespéré. Wikipedia.

Fière d’être gitane, je ne comprends pas pourquoi on est discriminés

En 2013, alors ancien premier ministre Emmanuel Valls stigmatisait les Roms, les jugeant incapables de s’intégrer. Une élève gitane en 1ère bac pro, arrivée en 2011, nous décrit son parcours d’intégration. Un chemin rebelle, pas toujours facile, entre hostilité de la société française et de certains responsables politiques, et contraintes familiales strictes qui pèsent sur les filles gitanes.

Bonjour, il y a six ans que je suis venue en France. Au tout début, je ne parlais pas du tout français, les seuls mots que je connaissais étaient « bonjour, merci, au revoir, maman et papa ». Je suis venue ici pour des raisons personnelles parce que ma grand-mère est morte et il y n’avait plus personne pour me garder, moi et mon frère. Mes parents étaient déjà ici, en France.

J’ai appris la langue et en 3ème j’avais des moyennes plus élevées que les élèves Français

Continuer la lecture de Fière d’être gitane, je ne comprends pas pourquoi on est discriminés

La loi de la drogue : de la french connection aux caïds des cités

Depuis que la drogue est arrivée en France, elle a repoussé l’autorité de l’Etat et son économie a redessiné le paysage du grand banditisme français en favorisant la vente de la drogue, nettement plus rentable que les braquages. Résumé du troisième volet du documentaire Les gangsters et la République intitulé La loi de la drogue et diffusée sur France 5 en octobre 2016.

La drogue (cocaïne, héroïne, cannabis) s’est clairement imposée sur le marché français, dictant sa loi et ses règles. Cela fait quarante ans que la drogue a pénétré en masse le territoire français, quarante ans que sa puissance économique défie la République jusque dans ses banlieues. Le 26 février 1971, la France déclare officiellement la guerre à la drogue. La République française s’engage dans un long et dur acharnement pour lutter contre cette délinquance. Dans le troisième volet de ce documentaire Les gangsters et la République, diffusé en octobre sur France 5, plusieurs acteurs de ce trafic témoignent, expliquent l’invention de tout ce réseau où désormais les caïds des quartiers échangent la paix sociale contre la mainmise sur leurs territoires.

La french connection ou les débuts du trafic de drogue

Continuer la lecture de La loi de la drogue : de la french connection aux caïds des cités

Notre folle sortie à l’expo Frontières au musée de l’histoire de l’Immigration

Une sortie scolaire avec nos élèves de lycée pro, ce sont souvent des moments inoubliables et… parfois en dehors des codes de la culture commune pour certains, surtout quand il s’agit de la pratique muséale… Retour sur cette sortie qui a ravi nos élèves.

Ah, c’est vrai, quand on parle de musée, c’est tout de suite ennuyant et sérieux et vous avez raison ! Mais, croyez-moi, une sortie avec ma classe, les 1GA, n’est jamais ennuyante du tout. On trouve toujours le moyen de
rendre les choses plus amusantes et moins sérieuses. Notre sortie du 15 avril 2016 avec nos professeurs (M.  Bordet, M.Azouaou et M. Tchakam) a été mouvementée pour eux et drôle pour nous… En effet, vu que c’était notre première sortie en deux ans, nous étions en quelque sorte super excités et hyper contents d’y aller.

Continuer la lecture de Notre folle sortie à l’expo Frontières au musée de l’histoire de l’Immigration

Le rap entre passions et désillusions

La musique a beaucoup évolué au fil des années et des décennies, il y a un grand fossé entre la musique d’hier et d’aujourd’hui. Je trouve qu’avant les artistes créaient par pure passion, pour une cause, ou parce qu’ils avaient une vie difficile, et pas seulement pour faire de l’argent. Aujourd’hui la musique est devenue un vrai business où le commercial gagne. La musique est faite pour toucher le plus de monde possible, quitte à défigurer carrément par exemple l’image d’un rappeur et donc faire plus d’argent.

Clip Strict minimum 1 de Take a mic

Certains rappeurs sont malheureusement tombés dans le business

Continuer la lecture de Le rap entre passions et désillusions

Facebook obsession

Facebook est devenu le réseau social network le plus aimé et le plus utilisé par les jeunes (et les « moins jeunes ! »). Facebook est même devenu est un des mots clés de notre langage. Des statuts, des selfies et des vidéos montrant notre vie sont quotidiennement partagés.

Enfin, il faut avoir de la chance si on voit des filles habillées sur FB ! MDR

Continuer la lecture de Facebook obsession

« Black music », une révolution culturelle des champs de coton aux ghettos du bronx

Joan (1ère GAE) a visionné pour vous le film documentaire « Black music. Des chaînes de fer aux chaînes en or » (1). Des origines de la musique noire américaine dans le Sud esclavagiste au gangsta rap actuel, ce documentaire est plus qu’une histoire des différents genres musicaux aux états-Unis : gospel, blues, jazz, swing, hip-hop… C’est aussi toute l’histoire du long combat pour l’émancipation des Afros-Américains dont il est question.

1865, fin de l’esclavage dans le Nord des États-Unis. C’est le début de 90 ans de ségrégation. L’abolition de l’esclavage n’est en fait qu’une illusion vu que les Noirs n’avaient pas les mêmes droits que les Blancs : bus, écoles et lieux publics réservés aux Blancs et interdits aux Noirs.

Pendant ce temps là, ils inventèrent dans les plantations de coton du Sud le blues. Puis, le jazz apparut avec ses plus grands noms, Louis Armstrong ou Duke Ellington, l’un des premiers Noirs à se produire dans un club de Blancs, l’un des plus grands clubs à cette époque, le Cotton Club. Mais, les Noirs n’avaient pas le droit d’être dans le club en tant que spectateur. C’était l’une des faces cachées de ces années Folles.

« Stange fruit, bien plus qu’une chanson de Billie Holiday : l’une des plus plus puissantes dénonciations du lynchage »

Continuer la lecture de « Black music », une révolution culturelle des champs de coton aux ghettos du bronx

Nos parents n’avaient pas de poRtables, Ils avaient une vie

La génération d’aujourd’hui n’est plus comme celle d’hier, toutes les relations sociales ont changé, que ce soient amicales, amoureuses ou familiales. Nous n’avons plus les mêmes façons de penser qu’avant, Je pense que tout ça est lié aux changements de vie qui sont causés en particulier par la technologie. Les jeunes d’aujourd’hui ne peuvent plus se passer de leur téléphone, tablette, ordi ou autre car ce sont devenus des besoins vitaux voire même des drogues alors que la génération qui nous précédait n’avait pas besoin de tout ça pour vivre, au contraire ils étaient même plus heureux que nous actuellement.

C’est malheureux de voir le langage vulgaire de certains

Continuer la lecture de Nos parents n’avaient pas de poRtables, Ils avaient une vie

Comment les créateurs de jeux vidéo nous rendent dépendants

Les jeux vidéo sont un moyen de divertissement, voire un passe-temps qui doit être utilisé à durée limitée, sinon cela peut générer des troubles sur la santé comme une fatigue nerveuse, de la sécheresse oculaire, ou un isolement. Selon les personnes, il peut y avoir un manque d’appétit ou une malnutrition (chips, pizzas) et des troubles du sommeil.

Continuer la lecture de Comment les créateurs de jeux vidéo nous rendent dépendants

« La chambre des merveilles », un spectacle aux acrobaties drôles et glamours

Vendredi 30 novembre 2012, on est parti à 15h30 du lycée avec les profs, Mme Friquet et Mme Barrier, pour aller au Parc de La Villette voir une compagnie australienne de cirque, Circa, qui présentait son dernier spectacle “Wunderkammer”. Ça signifie en allemand “la chambre des merveilles”.

Cirques traditionnels et cirques contemporains

On a d’abord rencontré quelqu’un qui nous a appris plein de choses sur le cirque. Par exemple, on appelle circadiens ceux qui font du cirque. Il nous a présenté aussi les différents types de cirques. Dans le cirque traditionnel, il y a des animaux, des clowns et des trapézistes, tandis que dans le cirque moderne et contemporain, il n’y a plus de musiciens et peu d’animaux à cause des contrôles au niveau de l’hygiène qui rendent leur présence plus difficiles. Il nous a aussi montré des affiches de cirques actuels et d’avant où dominaient les couleurs vives. Et s’il y a des clowns, c’est pour permettre aux artistes d’avoir le temps de préparer et d’installer leur numéro. Enfin, les spectateurs ne doivent pas filmer ou manger pendant le spectacle car ça peut déranger les artistes. Pendant le spectacle, un mec qui filmait a ainsi failli être sorti de la salle.

Continuer la lecture de « La chambre des merveilles », un spectacle aux acrobaties drôles et glamours

Booba, Zifou, Morsay … tous des vieux rappeurs !

Booba. C’est un rappeur que je déteste parce qu’il n’est pas un vrai mec de cité. Il a grandi à Boulogne avec une mère marocaine et un père sénégalais. Il dit qu’il fait du rap français, mais pour moi quand on fait du rap français, les clips on les fait en France. Lui, il les fait à Miami et il avait déjà beaucoup d’argent avant sa carrière de rap.

Zifou. Lui aussi, je ne l’aime pas. C’est un vieux mec.

Mister you. Il est marocain et il était deux ans en cavale. Il s’est fait connaître en faisant des albums en cavale qui étaient bien. Après qu’il s’est fait attraper, il a écrit un album en prison qui s’appelle MDR. Depuis il fait des musique pourrie. Avec son nouveau contrat, il habite à Belleville dans le 75.

Continuer la lecture de Booba, Zifou, Morsay … tous des vieux rappeurs !

J’étais accro à Facebook

J’ai commencé à aller sur Facebook en 6éme. J’étais accro. Ça me permettait de communiquer avec mes amis. Comme tout le monde, à l’époque, on n’avait, pas de portable ou d’abonnement. Dès le matin, je déjeunais et ensuite, aussitôt, j’allumais l’ordinateur. Quelque fois j’y restais dix minutes même pas. A midi, comme je rentrais à la maison pour manger, le pc était déjà allumé, donc j’en profitais pour jeter un coup d’œil. Et pendant les vacances, je n’avais aucune heure à respecter. C’était venu le bon moyen de partager nos avis sur tout et n’importe quoi. Dès que je rentrais des cours, direction l’ordinateur pour regarder ce qu’il y avait de nouveau depuis la veille. Je regardais l’actualité en boucle ou certains profils qui pouvaient m’intéresser. Je restais des heures et des heures jusqu’au repas du soir sans m’en rendre compte que je n’avais pas fait mes devoirs … Et ça ne me dérangeait pas plus que ça ! C’était comme ça toutes les semaines. C’était devenu une salle habitude. Jusqu’au jour où je me suis dit qu’il fallait que je réagisse avant qu’il ne soit trop tard. Je n ‘ai pas arrêté d’aller sur l’ordi. Mais dès que je rentre des cours maintenant, je fais mes devoirs et ensuite j’allume l’ordinateur.

Noémie (2GA2)

Article paru dans Bal’actu numéro 7, décembre 2012/février 2013.

Photo : Wikimedia Commons.

Kev Adams au lycée !

Au début ce n’était qu’un événement surprise qu’on ne devait dire à personne. On avait rendez-vous ce lundi 8 octobre 2012 à 17h30 devant le lycée. Ensuite, on est allé dans le réfectoire où le chef de la chaîne W9 est venu nous accueillir. Il nous a expliqué qu’on allait regarder au réfectoire quelques épisodes de Soda et qu’ensuite Kev Adams, Slim et Ludo allaient venir pour une interview exclusive pour W9. C’est grâce à une ancienne élève du lycée, Laura, qui a gagné un jeu concours sur la série Soda que nous avons eu la chance de rencontrer Kev. La rencontre avait été organisée par Madame Bourdier, la proviseure. Kev nous a signé des autographes et a fait des photos avec nous. Il est resté une heure et demie et il a sympathisé avec la gagnante du concours.

Agathe DUBOIS (2GA2)

Article paru dans Bal’actu numéro 7, décembre 2012/février 2013.

Photo : Kev Adams au lycée professionel Daniel Balavoine de Bois-Colombes (92) le 8 octobre 2012.

Homo-ghetto, les clandos de la République

C’est par le prof d’espagnol (voir l’article de Kamel sur l’affirmation de son homosexualité) qui m’avait envoyé le lien, en espérant que cela allait m’aider, que j’ai découvert ce livre. Ce livre traite de la vie que mènent les gays et lesbiennes issus des banlieues.

Deux mondes homos : les gays parisiens et les homos de banlieue

Il y a vraiment deux modes de vie différents entre eux et les gays parisiens. Ces derniers aspirent à l’évolution des droits alors que, nous, on essaye juste de survivre, de ne pas subir d’agressions. Ainsi, le droit au mariage, ça ne va pas forcément faire avancer les mentalités, ça ne va pas empêcher les gens d’agresser. En fait, nous, on est obligé de se cacher par peur du regard des autres. A mon sens, ce qu’il faudrait faire, c’est plutôt aider les jeunes à aller mieux. Mais, homo-ghetto m’a permis de savoir qu’il y a des gens qui sont dans des situations pire que le mienne.

L’homosexualité refoulée des videurs de boîte

Continuer la lecture de Homo-ghetto, les clandos de la République

Shaun Neezy Nem : « Le hip-hop a vraiment donné un sens à ma vie »

Bal’actu : Qu’est-ce qui t’as poussé à rentrer dans le hip hop ?
Il faut savoir que je danse depuis que je suis tout petit et que je dansais sans même savoir ce qu’était le hip hop. Je suis de la génération qui s’inspirait de ce que l’on pouvait voir dans les clips des artistes Hip Hop, Rn’B des années 90 (Michael Jackson, Usher, Missy Eliott, etc…). Ce qui m’a poussé à rentrer dans le monde du hip hop, c’est tout d‘abord le fait que j’aimais cette musique tout simplement.

Depuis combien de temps fais-tu de la danse hip hop ?
J’ai commencé à danser depuis tout jeune à l’âge de 7-8 ans mais mes premiers apprentissages se sont fait quand j’ai eu 14 ans au moment où j’ai rencontré mon premier mentor Jaleel qui donnait des cours de danse dans le centre d’animation de mon quartier, et c’est à cet âge là que j’ai intégré mon premier groupe, une compagnie de quartier qui s’appelait Enjoy Yourself. Mais c’est seulement à l’âge de 16 ans que je me suis réellement mis dedans, c’est-à-dire à m’entraîner sérieusement avec la rencontre de Larry ( Les Twins Criminalz) et de Speedylegz ( Criminalz) en 2009.

Continuer la lecture de Shaun Neezy Nem : « Le hip-hop a vraiment donné un sens à ma vie »

Pascal Verroust, producteur de cinéma et de télévision devant les CAP du LP Balavoine

Pascal Verroust est producteur de cinéma et de télévision. Il a produit des films où des stars comme Soprano ont joué. Notre classe de 2CAP l’a rencontré au lycée le jeudi 22 mars 2012. Pendant 1h30, il nous a parlé de son métier de producteur et du documentaire, Les Molex des gens debout de José Alcala, qu’il a produit et qui a été diffusé sur ARTE en janvier 2011.

Pour lui, c’est un film à petit budget : 162 000 euros. Mais, la grande gueule de Guy Pavan, porte-paroles des grévistes l’a touché. Il a alors décidé de produire ce documentaire, lui qui reçoit chaque jour des propositions de films à produire. En fait, le producteur ne décide pas au hasard du film à produire. Il faut que l’idée lui plaise. Ensuite commence le tournage. Pour Les Molex des gens debout, le tournage a duré un an. Puis, le montage a pris 25 semaines. En effet, ils ont dû visionner plus de 170 heures de rushs pour en garder seulement 1h30, la durée de ce documentaire.

Faire un film, c’est commencer par écrire une bonne histoire

Continuer la lecture de Pascal Verroust, producteur de cinéma et de télévision devant les CAP du LP Balavoine

Paranormal activity 3 : on reste sur notre faim !

Le film, sorti au mois d’octobre, était très attendu par les mordus de films d’horreur. Paranormal activity, c’est l’histoire d’une famille hantée par un esprit. C’est au fil des volumes qu’on comprend l’origine de cet esprit maléfique. Le premier volume nous présente la vie d’un couple dont la femme, hantée par cet esprit, tue son mari. Fin du premier épisode. Dans le deuxième volume, on découvre alors que pour échapper à sa soeur, elle-même possédée, elle brûle une photo de celle-ci. Le mauvais esprit migre vers sa sœur qui se trouve condamnée. Le troisième volume est donc consacré à leur grand-mère. Elle fait partie d’une secte de sorcière qui existe depuis le moyen âge et dont le but consiste à kidnapper des enfants. Mais, le succès des deux premiers épisodes n’est pas au rendez-vous. On est dans l’attente de l’action pendant presque tout le film et on a seulement dix minutes de moment fort à la fin. Frustrant !

Josette (Terminale commerce)

Article paru dans Bal’actu numéro 4, décembre 2011-février 2012

Photo : Wikimedia Commons

Take Care de Drake enfin dans les bacs !

L’un des albums les plus attendus de cette fin d’année 2011, d’un des artistes les plus en vogue depuis 2 ans. C’est évidemment l’album de Drake, Take Care. Jetons un petit coup d’œil sur cet opus sorti le 24 octobre dont les avis diffèrent.

Beaucoup de fans déçus

Pour certains ce nouvel album est une déception. En effet, ils pensent que ce n’est pas du « vrai » Drake. Car celui-ci a un style bien particulier avec une aisance déconcertante a poser sur des instrumentaux lents. Ce qui est rare pour un rappeur. Cela lui avait apporté une grande notoriété car il se différenciait de tout les autres MC’s. A l’inverse, il rappe maintenant sur des instrumentaux plus lourds, beaucoup plus rythmés avec des basses puissantes. Cela est sûrement dû à l’influence de Birdman (rappeur-producteur à l’origine du groupe Young Money) et de Rick Ross (rappeur-producteur à la tête du label Maybach Music).

Continuer la lecture de Take Care de Drake enfin dans les bacs !

Brel, Brassens, Ferré mon coup de foudre pour la chanson française

Adepte de l’éclectisme, je vais vous parler de mon goût prononcer pour la variété française ou autrement dit les chansons à texte. Tout a commencé par hasard, il y a environ trois ans chez les parents d’une amie, tombant sur un disque de compilation de chansons françaises. J’ai eu le coup de foudre pour ce style de musique et je me souviens de la fameuse chanson de RENAUD « Mistral gagnant ». Elle avait créé en moi une sensation telle que celle qu’on peut ressentir le 14 juillet, jour de la prise de la Bastille. En rentrant chez moi, je me suis mis à écouter tous les grands Noms des années 50 à aujourd’hui, passant de Léo Ferré à Brassens, de Maxime Le Forestier à Démis Roussos jusqu’au majestueux et Grand Jacques Brel… et j’en passe !

Soif de comprendre chaque mot

Continuer la lecture de Brel, Brassens, Ferré mon coup de foudre pour la chanson française

Kill, rox, Get the Fuck Out, OSEF, Cheater … tout l’univers du vocabulaire geek

Vous êtes néophytes ? En une leçon, Frédéric et Jordan (Lycée professionnel Daniel Balavoine/92) vous font entrer dans ce monde parallèle et sans pitié.

Un geek est un passionné d’électronique, d’informatique, d’univers fantastiques (comics, science fiction, etc.). Ils ont d’autres passions comme le jeu vidéo, le jeu de rôle ou la programmation informatique.

Un nolife est une personne qui consacre une très grande partie, si ce n’est l’exclusivité, de son temps à pratiquer sa passion. Cette addiction affecte ses relations sociales et sentimentales.

Attention : Le terme nolife n’est utilisé que pour désigner une personne souffrant d’une forte dépendance au jeux vidéo.

Maintenant que je vous ai bien expliqué la différence entre c’est deux types de personnes, on va passer à leur langage. Voici le petit lexique qui vous permettra de mieux comprendre certains mots lors de vos parties de jeux vidéo ou vos discussions sur le net.

On commence par les plus simple qu’on connaît tous.

BRB : Be Right Back : je reviens tout de suite.

Continuer la lecture de Kill, rox, Get the Fuck Out, OSEF, Cheater … tout l’univers du vocabulaire geek

Un ex-geek lâche sa console et se lâche pour Bal’actu !

76 demi-journées d’absence en un trimestre juste pour la console. Touhami (terminale vente) est allé à la rencontre de l’un des élèves geek du lycée professionnel Daniel Balavoine. Interview.

T’as combien de consoles ?

J’ai trois consoles de salon, une Play et deux Xbox Slim. Mais je joue plus souvent à la Play, c’est un mastodonte cette console. Sur ma Play j’avais une petite quinzaine de compte vu que j’hackais souvent les jeux. Mais là, je me suis réduit à quatre comptes pour la Play et un pour chaque Xbox.

Ça sert à quoi de flasher sa console ?

Ça permet d’avoir des jeux gratos (rire), je les ai baisés. Jeux gratos et j’ai hacké Call of pour avoir tous les équipements débloqués et des trucs qu’on ne peut pas avoir normalement.

Continuer la lecture de Un ex-geek lâche sa console et se lâche pour Bal’actu !

Une nuit avec Kad Merad !!!

Il y a deux mois nous avons reçu un appel téléphonique d’une amie qui est responsable de casting. Elle nous a proposé de participer à un casting et qui avait pour but de sélectionner des acteurs pour le prochain film avec Kad Merad. Ayant été choisis comme figurants à l’issue des essais, un rendez-vous a été fixé un mois plus tard à Porte de Saint-Cloud.

Continuer la lecture de Une nuit avec Kad Merad !!!

Le regret

L’envie de faire mieux est son seul et unique point fort.
Il nous rappelle nos torts.
Et, nul ne peut y résister, ni l’éviter,
Il ne cessera d’exister ; car il est mérité.
Il  fait méditer sur la vérité.

Au contraire de la joie, il ne se partage pas.
Nul, ne peut le vivre à notre place,
Car ce que l’on regrette reflète la tristesse de nos propres gestes.
Bien que terrestre, il paraît grand comme le monde céleste.

Il paraît grand comme les cieux,
Mais réside en un lieu peu spacieux.
Il réside en un lieu peu spacieux, et même étroit.

Le cœur est son endroit.
Très adroit, il broie sa proie, et croît.
Il amène au repentir,
Se fait ressentir de force ou de gré, de loin comme de près,
Et ce qui le provoque reste un secret.

Il rédige nos pêchers d’une encre ineffaçable, sur une page indétachable,
Une page que l’on ne  pourra, ni tournée, ni déchirée
C’est une page qui enveloppe la mémoire,
Une page qui sera lisible et visible, même dans le noir.

Il rappelle, que le passé est mort …
Que l’avenir dort encore,
Il est causé par le destin, il fait un festin quand il en test un,
Il est dur, solide, robuste, et  juste,
Et c’est pourquoi il est auguste.

Aucune issue, car il est là à notre insu,
Au grand dam de ses victimes, qu’ils abîment,
Et fait plonger dans les profonds abîmes de la pensée …
Dans les abysses et les précipices distancés

Derrière un sourire, qui paraît profondément normal.
Il cache un effondrement moral
Il utilise la mémoire comme disquette,
Il est une maladie discrète, qui ne se guérit pas, mais qui s’traite.
Son traitement s’appelle « patience » ,

Sa victime s’appelle «pas d’chance »
Espérant trouver apaisement,
Elle trouvera consolation dans l’isolation.

À cause de lui,
même en temps de soleil, on voit la pluie
À cause de lui,
De douloureux souvenirs sont réveillés,
Difficiles à révéler,
Et mauvais à garder pour soi,
Il consume le cœur comme le feu consume le bois

Il est une blessure mémorielle,
Un traumatisme qui ne cicatrise jamais
Ne suffiront pas des années, pour le désarmé.
Pourtant, le temps répare,
Le temps sépare.
Mais sans faire part de ce qu’il prépare.
Et chaque jour qui passe, c’est une part de la vie qui part.

Continuer la lecture de Le regret

Des cours de récrés françaises au Bronx, petite histoire du double dutch

Le double dutch a été créé il y a plus 300 ans par des pionniers hollandais en Amérique. Selon le site de la fédération il semblerait que cette pratique ait fait une brève apparition dans les année 50 dans les cours de récréation française. C’est dans les années 80 que cette discipline est apparue en France par des doubles dutcheuses du Bronx faisant une démonstration de la discipline. Suite à cette démonstration, un jeune groupe de filles a décidé à leur tour de pratiquer ce sport. Elles créent alors la première équipe de double dutch en France et c’est bien après que plusieurs associations se sont formées en Île-de-France, principalement dans le Val de Marne. Dans les années 90, que la fédération française de double dutch voit le jour, afin de coordonner ces associations et de promouvoir le double dutch en France.

Frédéric Longchamps

Article paru dans Bal’actu numéro 1, décembre 2010

Photo : Flickr. Vancouver, 2012.

Le double dutch, ça bouge grave !

Entretien avec Frédéric de l’équipe SFK

Bal’actu : Peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Frédéric, j’ai 18 ans, je pratique le double dutch depuis 5 ans et je suis dans l’équipe des SFK. SFK veut dire Stevens, Frédéric et Kévin.
Bal’actu : Comment as-tu découvert le double dutch ?
A la base, j’ai connu ce sport en primaire, mais c’est à partir de 2006 que j’ai vraiment découvert ce sport lors de la compétition nationale de double dutch.
Bal’actu : Explique-nous tes premières impressions sur ce sport ?
Ma première impression était que c’est un sport de filles ! Je n’arrivais pas à m’imaginer en train de sauter à la corde comme une fille. Pour moi ce n’était qu’une perte de temps ! Mais le destin a décidé autrement !

Continuer la lecture de Le double dutch, ça bouge grave !

Révolution dans le hip hop

Depuis 2008, une nouvelle génération de rappeurs apparaît. Cette génération révolutionne actuellement la musique Hip-Hop en mélangeant plusieurs styles complètement différents, comme l’electro’, la pop, le rock, etc.
L’un des parfaits exemples de cette nouvelle vague est Kid Cudi. A seulement 25 ans, le rappeur produit par Kanye West, révolutionne déjà le monde du Hip-Hop. En effet, après des débuts 100 % Rap old school, son style s’est énormément diversifié notamment à travers les influences du groupe Pink Floyd (rock psychédélique) et d’autres groupes comme MGMT (Electro-Pop). Il est désormais capable de rapper sur des instrumentaux Rock, Pop et Electro, avec une aisance impressionnante comme sur son titre « Pursuit of hapiness » ou sur « Erase me ».

Continuer la lecture de Révolution dans le hip hop